• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Une professeure d'économie en Grèce: «Les gens trouvent ça très difficile» 

Une professeure d'économie en Grèce: «Les gens trouvent ça très difficile»

Pour une professeure d'économie, on peut difficilement imaginer un meilleur... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pour une professeure d'économie, on peut difficilement imaginer un meilleur endroit que la Grèce en ce moment pour se livrer à de fascinantes observations. C'est justement le pays qu'avait choisi de visiter la semaine dernière la Sherbrookoise Marie-Lynda Horth, qui enseigne l'économie au Collège Champlain.

Le voyage en Grèce des Sherbrookois Marie-Lynda Horth et Jean-Nicolas... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Le voyage en Grèce des Sherbrookois Marie-Lynda Horth et Jean-Nicolas Bergeron les a plongés au coeur de l'actualité internationale.

Photo fournie

«Disons que je pense un peu à ma job! Je vais en parler à mes étudiants c'est sûr, et faire une bonne étude de cas avec eux là-dessus», lance celle qui voyageait avec son conjoint Jean-Nicolas Bergeron.

À l'écouter parler, de sa chambre d'hôtel à Athènes, la situation ne réveille pas que l'économiste en elle, mais aussi la sociologue. Que ce soit dans les longues files d'attente devant les guichets automatiques (parfois vides) ou ailleurs, Mme Horth tente de prendre le pouls de la population, demandant aux Grecs croisés comment ils se sentent par rapport à ce qu'ils vivent actuellement.

Les sentiments varient selon l'âge des gens interrogés, remarque-t-elle. «J'ai parlé avec des jeunes, et ils ont peur. Ils sont vraiment inquiets pour leur avenir. Le taux de chômage est très élevé, plus du quart de la population n'a pas d'emploi. Les plus vieux, les retraités, sont plutôt tristes, découragés. Ils ont travaillé très fort toute leur vie, et là, ils n'ont même pas accès à leur argent. Ils ne voient pas de solution, ne croient pas [à la relance].»

En sécurité

Malgré les images d'une manifestation violente qui ont fait le tour de la planète la semaine dernière, le couple affirme se sentir complètement en sécurité en Grèce.

«La panique dont on a entendu parler, c'était à Athènes, et ç'a duré juste un soir», souligne Mme Horth, qui se trouvait sur une des îles grecques à ce moment.

Les deux Sherbrookois redoutaient plus du désordre ou du retard dans les transports, mais ça n'a pas été le cas. «Il y a des policiers et des militaires un peu partout pour surveiller, mais il n'y a pas vraiment d'agressivité. Les Grecs sont très fêtards. C'est quand on leur parle personnellement, qu'on aborde le sujet avec eux, qu'on voit la tristesse.»

Les Grecs peuvent retirer un maximum de 60 euros par jour au guichet automatique - un chiffre théorique, puisque en réalité les guichets, ne contenaient que des billets de 50 euros. Dès dimanche ils pourront retirer 420 euros par semaine. «C'est le même montant, mais ils ne perdront pas 10 euros par jour, et ils pourront aller retirer d'un seul coup plutôt que d'attendre chaque jour», explique Mme Horth.

Bien que ces montants soient bien souvent insuffisants pour couvrir les frais de vie, certains créanciers se montrent au moins patients, connaissant la situation à laquelle font face leurs compatriotes, souligne Mme Horth. «Les gens ont de l'argent, ils gagnent leur vie, ils n'y ont juste pas accès.»

Les touristes, eux, peuvent retirer autant d'argent qu'ils le veulent, pourvu que le guichet qu'ils choisissent contienne encore des billets.

Tout comme le premier ministre grec Alexis Tsipras, Mme Horth croit qu'au point où la Grèce était rendue, elle n'avait plus le choix d'accepter les conditions de l'Union européenne pour un troisième plan d'aide malgré l'opposition d'une majorité de la population. «Comme le premier ministre l'a dit, c'est le moins pire des choix», dit-elle.

Mais en attendant, elle croise des Grecs qui remettent en question leur idée de fonder une famille. «Les gens sont frustrés, ils trouvent ça très difficile», résume-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer