Le projet du musée de l'auto à Sherbrooke est au neutre

« Il est très prématuré de parler de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Il est très prématuré de parler de projet sur lequel on travaillerait. Il n'y a aucune ressource qui soit consacrée au projet de musée de l'auto. Nous laissons aller les choses», a réitéré le maire Bernard Sévigny.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La décision de la famille Demers de Thetford Mines, propriétaire d'une impressionnante collection de voitures, de collaborer avec Revenu Québec, la semaine dernière, a soulevé des questions dans la population sherbrookoise. La citoyenne Lyne Moreau s'est adressée au conseil municipal, lundi, pour savoir où en est le projet de musée de l'auto.

Rappelons que la Ville de Sherbrooke, à l'instar de plusieurs autres villes du Québec, s'était montrée intéressée à déménager une partie de la collection au centre-ville de Sherbrooke pour en faire un attrait touristique. La Presse avait fait enquête l'an dernier et avait montré que les prétentions de la famille Demers sur l'origine et la valeur des voitures étaient fausses, que certaines voitures étaient des copies et que la collection faisait l'objet d'une vérification fiscale.

« Le 2 février je m'inquiétais de la valeur de la collection et par conséquent des démarches qui pouvaient être entreprises. En effet, je m'étais fait dire par quelqu'un du milieu que cette collection était surévaluée. J'ai trouvé un article paru dans La Presse du 14 avril 2014 et l'authenticité de plusieurs voitures est remise en question. Je vous repose donc la même question que le 2 février. Avant de planifier quoi que ce soit en termes de bâtiments, d'achat ou de location, quelles démarches sont prévues? » a interrogé Mme Moreau.

« Advenant que vous souhaitiez malgré tout aller de l'avant avec ce projet, les conseillers du Renouveau sherbrookois seront-ils libres de voter selon leur conscience? Les conseillers obtiendront-ils toute l'information avant de prendre une décision à ce sujet, contrairement à ce qui s'est fait dans le cas de la place Nikitotek? » a-t-elle ajouté.

Inquiétudes prématurées

Le maire Bernard Sévigny a réitéré que la Ville avait manifesté son intérêt pour la collection de voitures. « Mais il est clair que tant et aussi longtemps qu'on n'aura pas la valeur de cette collection, on n'ira pas très loin. Et c'est vrai pour toutes les villes du Québec. Il est très prématuré de parler de projet sur lequel on travaillerait. Il n'y a aucune ressource qui soit consacrée au projet de musée de l'auto. Nous laissons aller les choses. Il n'y a aucune démarche officielle auprès de la famille Demers, sinon l'intérêt que nous avons manifesté.»

« À propos du Renouveau sherbrookois, le parti s'est donné comme politique que chacun et chacune est libre de voter comme bon lui semble quand un projet ne fait pas partie de la plateforme électorale. Ce projet n'était pas dans la plateforme. »

M. Sévigny a assuré que « le jour où le conseil municipal sera appelé à prendre une décision sur un projet, nous mettrons le conseil au courant ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer