Le Sommet des Amériques sur le climat se met en branle à Toronto

Philippe Couillard... (Photo PC)

Agrandir

Philippe Couillard

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Une importante conférence sur les changements climatiques se met en branle mercredi, à Toronto, avec la participation de centaines de délégués triés sur le volet.

Le Sommet des Amériques sur le climat, organisé par l'Ontario, vise à appuyer la lutte contre le réchauffement climatique.

L'accent sera mis sur le rôle que les provinces, les États et les autres gouvernements infranationaux peuvent jouer dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard, l'ancien président mexicain Felipe Calderon et l'ex-vice-président américain Al Gore prononceront chacun une allocution au cours du Sommet.

Le ministre ontarien de l'Environnement, Glen Murray, estime que les provinces ont dû prendre les devants parce qu'Ottawa ne le fait pas.

Une cinquantaine de personnes ont protesté devant un hôtel du centre-ville au moment où le Sommet était lancé. Une organisatrice de la manifestation a affirmé qu'elle s'opposait à ce que le Sommet sur le climat et une conférence économique se tenant tous les deux au même hôtel soient fermés au public.

Les Nations unies et l'Agence internationale de l'énergie ont sonné l'alarme, insistant sur la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d'éviter un réchauffement climatique qui pourrait atteindre jusqu'à quatre degrés, ce qui ferait hausser le niveau de la mer en plus d'avoir des effets draconiens sur le climat.

M. Murray qualifie d'urgent le besoin de réduire les émissions, mais ajoute qu'Ottawa doit faire sa part.

«Le gouvernement fédéral s'est placé en marge de cette discussion au cours des 10 dernières années», a déclaré le ministre.

La ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, n'assistera pas au Sommet, mais un porte-parole a souligné que le gouvernement conservateur est le premier de l'histoire canadienne à avoir obtenu une réduction nette des émissions de gaz à effet de serre, et qu'il a réussi à l'obtenir «sans implanter des taxes sur le carbone ou des plans de coût du carbone».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer