• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Allocation de séjour douteuse pour une ancienne DG d'Eastern Townships 

Allocation de séjour douteuse pour une ancienne DG d'Eastern Townships

Résidante de Montréal, Chantale C. Beaulieu, dont le... (Archives La Presse)

Agrandir

Résidante de Montréal, Chantale C. Beaulieu, dont le lieu de travail officiel se situe à Québec, touchait une allocation de séjour à Québec de 1225 $ par mois, non imposable.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Tribune

(Québec) Les administrateurs de l'État québécois peuvent très bien être en poste à Québec, tout en encaissant une allocation de séjour à Québec.

C'est le cas notamment de la sous-ministre adjointe à l'Éducation Chantale C. Beaulieu, dont le lieu de travail officiel se situe à Québec, ce qui ne l'empêche pas de toucher une allocation de séjour à Québec de 1225 $ par mois, non imposable.

Au terme de son contrat de trois ans, à la fin de 2016, Mme Beaulieu aura donc encaissé plus de 44 000 $, en plus de son salaire.

Au moment d'entrer en fonction en décembre 2013, son  salaire était de 147 484 $.

Dans les faits, selon les informations obtenues par La Presse Canadienne en vertu de la Loi d'accès à l'information, Mme Beaulieu réside à Montréal et travaille la plupart du temps à Montréal.

Alors pourquoi est-elle basée à Québec, plutôt qu'à Montréal?

Et si un haut fonctionnaire est basé à Québec, pourquoi a-t-il droit à une allocation de séjour à Québec?

Autre question: étant basée à Québec, pourquoi Mme Beaulieu réside-t-elle à Montréal?

Autant de questions restées sans réponse, malgré des demandes répétées. Personne au gouvernement - aux Emplois supérieurs du Conseil exécutif, au ministère de l'Éducation, au Conseil du trésor - n'a semblé trouver rien à redire, malgré le dogme du contrôle serré des dépenses gouvernementales et de la rémunération des employés de l'État.

Pour toute justification, la responsable de l'accès aux documents du ministère de l'Éducation, Manon Boisvert, indique que Mme Beaulieu est «légalement basée à Québec mais travaille principalement à Montréal puisque la majeure partie des équipes sous sa supervision y travaillent».

Pourtant, le décret gouvernemental 1089-2013, du 30 octobre 2013, stipule en toutes lettres que «Me Beaulieu exerce ses fonctions au bureau du ministère à Québec».

Plus loin, dans le même décret, on apprend que «pour la durée de son mandat, Me Beaulieu reçoit une allocation mensuelle de 1225 $ pour ses frais de séjour à Québec».

Avocate de formation, Mme Beaulieu a été nommée sous-ministre adjointe à l'Éducation, responsable des relations avec la communauté anglophone, les autochtones et les communautés culturelles, en octobre 2013 par l'ex-première ministre Pauline Marois.

Elle occupait auparavant le poste de directrice générale de la commission scolaire Eastern Townships.

Interrogé à savoir s'il cautionnait cette situation, le cabinet du ministre de l'Éducation, François Blais, s'est contenté d'affirmer que le statut accordé à Mme Beaulieu ne contrevenait en rien aux règles gouvernementales en vigueur.

«Le contrat de Mme Beaulieu respecte les exigences du ministère du Conseil exécutif et du Conseil du trésor», a indiqué l'attachée de presse du ministre Blais, Julie White, dans un courriel.

N'empêche, sa situation entraîne des frais de transport. Depuis sa nomination jusqu'en mars 2015, elle a réclamé pour elle-même et son adjointe le remboursement de frais de déplacements de l'ordre de 11 253 $.

Elle a aussi réclamé le remboursement de frais pour des repas pour un total de 1789 $.

Mme Beaulieu n'est pas la seule dirigeante de l'État à bénéficier du privilège d'une allocation de séjour à Québec. On compterait une quarantaine de hauts fonctionnaires ayant droit à cette sorte de prime salariale déguisée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer