• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Une nouvelle présidente de l'aile jeunesse du PQ: «La division, c'est fini» 

Une nouvelle présidente de l'aile jeunesse du PQ: «La division, c'est fini»

Ariane Cayer... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Ariane Cayer

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(WATERVILLE) Les jeunes militants du Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ) tenaient leur congrès annuel cette fin de semaine au centre de plein air Val-Estrie à Waterville. Ils ont profité de l'évènement pour élire un nouvel exécutif et se prononcer sur différents enjeux de la société québécoise.

Il faut rappeler que Léo Bureau-Blouin avait signifié ne pas vouloir renouveler son mandat à la présidence de l'organisme. La course opposait donc Ariane Cayer et Vincent-Grabiel Langlois. Les militants ont finalement confié la chefferie du CNJPQ à Ariane Cayer.

Les deux adversaires n'en étaient pas à leurs premières armes au sein du CNJPQ. Avant le scrutin, Mme Cayer y siégeait comme conseillère alors que M. Langlois y jouait le rôle de vice-président.

Après son élection, Mme Cayer a d'abord remercié son équipe et laissé entendre qu'elle aura besoin de tous pour faire résonner son discours. « À partir de lundi, il faudra redonner sa place à la jeunesse et se retourner vers la souveraineté en 2018 », a-t-elle clamé. « Il s'agit d'une année charnière, d'une année de congrès », a-t-elle poursuivi.

Principalement, la nouvelle chef devra unifier les jeunes militants qui constituent le CNJPQ afin de les préparer aux prochaines élections de 2018 et devra présenter aux jeunes le Parti québécois comme une réelle alternative aux libéraux. Il faudra aussi réitérer les idées qui ont émergé récemment au sein du CNJPQ pour que le parti s'en serve lors des prochaines élections.

Léo Bureau-Blouin a ajouté que la nouvelle équipe devra rendre intéressante la souveraineté pour les jeunes. « On ne nait pas souverainiste, on est convaincu et on le devient », a-t-il déclaré. « Dans l'avenir, avec le nouveau chef, beaucoup d'espoirs sont permis », a-t-il complété.

Pour la gratuité scolaire

Parmi les sujets abordés par les militants péquistes, la gratuité scolaire, la santé et la revue du système électoral ont constitué les principaux pôles de discussions. D'ailleurs, les militants se sont prononcés pour la gratuité scolaire et ont laissé entendre qu'ils voudraient taxer la malbouffe en s'attaquant d'abord aux boissons gazeuses et énergisantes.

Le CNPJQ avait été grandement divisé pendant la course à la chefferie, chacun défendant son candidat favori. Division qui était encore bien présente lors du processus décisionnel entourant la nomination du nouveau conseil exécutif du CNPJQ. « La division, c'est assez, c'est fini, a insisté Ariane Cayer. Il faut se recentrer sur des objectifs communs », a-t-elle confié en entrevue.

« En tant que porte-parole, l'exécutif va défendre les intérêts de ses membres et s'assurer de faire le suivi », a assuré la nouvelle présidente. « On va retourner sur le terrain, reprendre contact avec les jeunes et réactualiser l'argumentaire », a-t-elle ajouté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer