«Un citoyen doit avoir le droit de dire et de penser ça»

Les comédiens Geneviève Rochette, Émile Proulx-Cloutier, la romancière... (La Tribune, Isabelle Pion)

Agrandir

Les comédiens Geneviève Rochette, Émile Proulx-Cloutier, la romancière Monique Proulx et l'animateur Winston McQuade ont lu publiquement des textes du Saoudien Raif Badawi lors du lancement du recueil de ses écrits, 1000 coups de fouet parce que j'ai osé parler librement.

La Tribune, Isabelle Pion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MONTRÉAL) Il y a trois ans aujourd'hui, le blogueur Raif Badawi était emprisonné en Arabie saoudite. Les mots qui l'ont mené en prison ont résonné mardi à la veille de cet anniversaire. Des personnalités publiques ont prêté leurs voix pour faire connaître ses écrits, lors du lancement du recueil 1000 coups de fouet parce que j'ai osé parler librement.

Le comédien Émile Proulx-Cloutier, la comédienne Geneviève Rochette, l'animateur Winston McQuade et la romancière Monique Proulx ont lu publiquement des textes du Saoudien condamné à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet, près de 300 000 $ d'amende et une interdiction de quitter le pays.

Le livre recense aussi la pensée d'Ensaf Haidar, l'épouse de Raif Badawi, qui remercie tous ceux qui la soutiennent dans sa lutte.

« (...) je remercie Raif qui m'a appris à résister, à être forte, et à lutter pour le faire revenir. Peut-être n'est-ce pas pour bientôt, mais je vais le retrouver, car il m'a promis, oui il m'a promis de revenir par une porte ou par une autre... » peut-on lire.

Elle indique que le livre permettra de répondre aux questions que les gens se posent sur les écrits de son mari. « Ça, c'est la réponse pour tout le monde. »

Aux yeux d'Émile Proulx-Cloutier, Raif Badawi use d'humour et d'ironie pour dénoncer des absurdités du régime saoudien, sur un ton qu'on pourrait déceler dans bien des tribunes ici.

« Ce sont des éditoriaux de tous les jours. C'est la base : un citoyen doit avoir le droit de dire et de penser ça. On n'est même pas proche du début d'une controverse dans notre perspective... »

Il se dit consterné du silence du gouvernement canadien. À ses yeux, les propos choquants de l'animateur Jeff Fillion - selon qui le blogueur n'a qu'à s'en prendre à lui-même pour ce qui lui arrive, en des termes beaucoup moins polis - reflètent la position du Canada.

« Évidemment, c'est désolant que ce gars-là ait choisi, sans jamais lire ses textes, de frapper sur quelqu'un qui est dans cette position-là. On a beaucoup ergoté sur le fait que ce sont des propos vulgaires, presque haineux... À mon sens, il a mis des mots - vulgaires certes - sur le silence du gouvernement canadien. La position de Jeff Fillion est la position officielle du Canada, mais en d'autres mots. C'est ce que je perçois en tout cas, vu qu'Amnistie internationale lance beaucoup d'appels, la communauté internationale s'indigne, les yeux sont tournés vers le Canada qui a le devoir moral de réunir cette famille-là...« Dans la réponse que le bureau de M. Harper donne (...), il y a une sorte de froideur, ça revient à dire : Cet homme n'est pas Canadien et il avait juste à ne pas ouvrir la bouche. Ce qui sont finalement les propos de M. Fillion. »La romancière Monique Proulx s'implique de manière ponctuelle pour Amnistie internationale : elle a déjà été jumelée avec le journaliste Mouhammad Bekjanov dans le cadre d'une activité. En prison depuis les 16 dernières années, le journaliste de l'Ouzbékistan est décrit par Amnistie internationale comme l'un des journalistes « emprisonnés depuis le plus longtemps au monde ».

La liberté, dit-elle, est un bien fondamental qu'elle chérit. « De pouvoir considérer qu'on peut peut-être faire entrouvrir la cellule des prisonniers d'opinion, c'est non seulement une responsabilité, c'est un devoir... »

Une nouvelle pétition, adressée au gouvernement Harper, est également lancée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer