Mauvais traitement des animaux: Québec se montrera plus sévère

Las d'être en queue de peloton au pays, Québec vient de déposer un projet de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Québec

Las d'être en queue de peloton au pays, Québec vient de déposer un projet de loi pour assurer un meilleur traitement des animaux.

Le projet de loi déposé vendredi par le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis, reconnaît que l'animal est un être sensible qui a des besoins particuliers. L'animal ne sera donc plus considéré comme un simple bien, une chose - si le projet de loi est adopté.

Le projet de loi permettra aussi d'intervenir contre les combats d'animaux, de coqs ou de chiens. Selon le ministre, de tels combats sont bel et bien présents au Québec, dans la culture de certaines communautés.

De même, le projet réitère l'obligation faite au vétérinaire de rapporter tout cas de maltraitance, de cruauté envers un animal, en assurant l'immunité à celui qui dénonce en ayant agi de bonne foi.

Le projet de loi prévoit une amende pouvant atteindre 250 000 $ pour une première offense, le double pour une seconde offense, le triple pour une troisième, voire la prison, si le juge l'estime à propos, a précisé le ministre Paradis au cours d'une conférence de presse.

Le ministre n'a pas parlé d'une hausse du nombre d'inspecteurs. Il a souligné qu'avec la nouvelle ligne téléphonique qui avait déjà été instaurée, les autorités avaient reçu 500 appels par mois. À ses yeux, ce sont donc l'ensemble des citoyens du Québec qui sont devenus des inspecteurs bénévoles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer