Des voiliers mis à l'eau au quai MacPherson?

Deux résidants de Magog, Antonio Rioux et Jean... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Deux résidants de Magog, Antonio Rioux et Jean Cabana, ont récemment effectué une intervention, à la fin d'une assemblée publique du conseil municipal de Magog, concernant le dossier des voiliers au quai MacPherson. Les deux amateurs de voile souhaitaient que la Ville de Magog leur donne enfin l'heure juste.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Faisant valoir que ce sont les taxes des contribuables de Magog qui ont permis la rénovation du quai MacPherson, des propriétaires de voiliers habitant cette ville réclament le droit d'utiliser cette infrastructure pour mettre à l'eau leur bateau au printemps pour l'en retirer à l'automne.

Il y a quelques semaines à peine, tout laissait croire que la Ville de Magog offrirait une réponse négative aux propriétaires de voiliers impliqués dans ce dossier. Mais un revirement paraît probable aujourd'hui.

Deux résidants de Magog, Antonio Rioux et Jean Cabana, ont récemment effectué une intervention, à la fin d'une assemblée publique du conseil municipal de Magog, concernant le dossier des voiliers au quai MacPherson. Les deux amateurs de voile souhaitaient que la Ville de Magog leur donne enfin l'heure juste.

« Je ne comprends pas pourquoi la Ville n'avance pas plus vite sur ce dossier », avait lancé M. Rioux, qui attend avec d'autres une réponse de la municipalité depuis plus d'une année.

La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, avait alors répondu qu'on l'avait informée, par le passé, que des « difficultés techniques » risquaient d'empêcher la concrétisation du projet soumis.

Quant au directeur général de la Ville, Armand Comeau, il avait suggéré qu'il serait hasardeux de laisser des gens déplacer des voiliers autour du quai MacPherson, compte tenu de la présence d'une piste cyclable et d'un sentier piétonnier à proximité. « Les aménagements à cet endroit ont été faits pour les piétons, essentiellement », avait-il affirmé.

LES ÉLUS RÉFLÉCHISSENT

Malgré les réticences initiales des fonctionnaires, les élus de Magog réfléchissent actuellement à la demande du groupe d'amateurs de voile et statueront de façon définitive au cours des prochains mois.

Après avoir analysé le dossier, Mme Hamm semble croire que le projet est réalisable. « La capacité portante du quai n'est pas un problème, dit-elle. Par contre, la question de la coordination avec le Grand cru mérite qu'on s'y attarde. Puis il faudrait peut-être procéder à la création d'une association de propriétaires pour régler l'enjeu de la responsabilité. »

À ce sujet, Jean Cabana reconnaît qu'il aurait préféré que le projet se réalise sans qu'une nouvelle association soit mise sur pied, et ce, pour des raisons purement pratiques. Il est néanmoins prêt à participer à la création d'une organisation qui regrouperait les propriétaires bénéficiaires.

Conseiller municipal à Magog, Jean-Guy Gingras est pour sa part convaincu que la municipalité doit accommoder les demandeurs dans ce dossier. « Si on décide à la fin qu'ils n'iront pas au quai MacPherson, il faudra leur trouver un autre endroit répondant à leur besoin dans notre ville », déclare-t-il.

Située au centre-ville de Magog, la marina Merry Club offre le type de service désiré par Antonio Rioux et Jean Cabana, mais à des coûts prohibitifs selon les deux hommes. Bon nombre d'amateurs de voile se rendent également au quai de Knowlton Landing, à Potton, pour mettre à l'eau leur bateau. Mais cette infrastructure est jugée en mauvais état par plusieurs.

jean-francois.gagnon@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer