Mégo accueille 8000 jeunes musiciens à l'UdeS

Claude

Agrandir

Claude "Mégo" Lemay est porte-parole de la 86e édition du Festival des harmonies et orchestres symphoniques du Québec.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabrièle Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) Le Festival des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec a pris son envol jeudi soir à la salle Maurice-O'Bready avec un concert de la formation autrichienne Federspiel.

Quelques heures avant l'ouverture officielle, le nouveau porte-parole de l'événement, Claude « Mégo » Lemay, se disait impatient à l'idée de vivre pendant tout le weekend cette ambiance dont il a tant entendu parler.

« C'est mon ami Alain Caron qui était porte-parole l'an passé et l'année d'avant qui m'en a parlé tellement élogieusement que ça me fait plaisir d'être à mon tour impliqué en cette 86e année du festival », dit M. Lemay. « C'est une organisation solide et ça paraît. »

M. Lemay a également mentionné que sa participation à titre de porte-parole influencera probablement l'approche qu'il a avec ses enfants au sujet de la musique. «Je ne les ai jamais forcés à jouer de la musique, mais je pense que d'être ici et de voir tous les jeunes qui jouent et s'amusent à faire ce qui les passionne va me pousser à les inciter un peu plus», a-t-il dit d'un ton amusé.

Pour en revenir au festival, c'est plus de 400 bénévoles qui participent à l'organisation et au déroulement de l'événement, qui accueille cette année 8000 musiciens d'un peu partout au Québec. « Ça fait tellement longtemps que ce festival existe qu'il y a des gens qui y ont participé plus d'une fois et qui sont encore ici aujourd'hui », a mentionné le directeur général qui en est à sa 19e année d'implication, Jean-Marie Messier.

Il y a une variété de participants de tous âges qui seront à l'oeuvre dans cinq différentes salles de spectacle réservées aux prestations.

Comme en a fait part M. Messier, le festival est un joueur économique très important, non seulement pour la ville de Sherbrooke, mais aussi pour l'Université de Sherbrooke. « Lorsqu'il y a de nouveaux étudiants à l'Université de Sherbrooke, ils doivent remplir un sondage leur demandant comment ils ont appris l'existence de l'Université: 7.5 % d'entre eux répondent qu'ils la connaissent grâce au Festival des harmonies », a dit fièrement M. Messier.

Cette année, les dates du festival coïncident avec le congrès de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec, qui se déroule du 16 au 18 mai. Puisque plusieurs gens qui ne sont pas de la région prendront part à cet événement, cela a créé un problème d'hébergement pour les organisateurs et les participants du festival.

« Ça nous a occasionné quelques problèmes cette année du fait que des gens n'ont pas pu trouver d'hébergement. C'est très triste parce qu'on a eu l'air un peu ordinaire d'organiser un événement provincial et qu'il n'y ait pas de place pour héberger les gens. »

Le festival se poursuivra tout le weekend. Le concert prestige qui a pour thème « Deux vieux complices se rencontrent » aura lieu samedi à la salle Maurice-O'Bready à 20 h.

La programmation complète se trouve à l'adresse www.festivaldesharmonies.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer