Plusieurs personnes ont été honorées pour leur carrière au CHUS

Le Dr Khalil Khoury et l'infirmière Sylvie Lanthier... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le Dr Khalil Khoury et l'infirmière Sylvie Lanthier étaient parmi les 243 personnes honorées lundi, à l'Hôtel Delta.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Humanisme, compassion, engagement : autant de qualités qui collent à la peau de l'infirmière Sylvie Lanthier et du Dr Khalil Khoury.

Les deux nouveaux retraités ont amorcé leur carrière en pédiatrie au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke presque au même moment. Lundi, c'est encore une fois ensemble qu'ils se sont remémoré toutes ces années à soigner la population. Au total, ils étaient 134 personnes ayant pris leur retraite en 2014 et 109 autres qui cumuleront 25 années de service en 2015 à avoir été honorés par le CHUS, lundi, à l'Hôtel Delta.

Plus de 40 ans après avoir amorcé leur carrière, c'est avec fierté que le Dr Khoury et Mme Lanthier observaient les expériences vécues.

«Nous sommes présents dans un moment de vulnérabilité des gens, t'es tout nu, plus rien ne compte», raconte Mme Lanthier qui, après son séjour en pédiatrie, a travaillé notamment en oncologie et en santé mentale.

Replacer ses priorités

De ces deux passages, elle retire des apprentissages qui la transformeront. «Un matin, une patiente atteinte d'un cancer du sein en phase terminale m'a demandé si j'avais dit à mes enfants que je les aimais. Ça replace les priorités.»

Le Dr Khoury, lui, se souvient des relations humaines qu'il entretenait avec ses patients, des relations évoluant au fil des années en raison du traitement continu de leur maladie.

«J'ai eu une mère que j'ai traitée et ensuite ses deux enfants atteints de la même maladie que j'ai vus grandir jusqu'à l'âge adulte. On chemine avec ces gens-là, raconte-t-il. Il y en a même une qui m'a invité à son mariage!»

Pour le médecin spécialisé en endocrinologie pédiatrique, soit les problèmes de nature hormonaux, métaboliques et nutritionnels chez les enfants et les adolescents, l'une des plus grandes reconnaissances est venue de ses étudiants qui, en 1989, lui ont décerné le prix de l'excellence pédagogique. Le Dr Khoury est d'ailleurs à la base de la création du programme d'endocrinologie pédiatrique de l'Université de Sherbrooke.

L'éducation, il en sait quelque chose, lui qui vient d'un village syrien où la transmission du savoir est extrêmement valorisée. «Les Arabes ont un proverbe qui dit : il faut chercher le savoir», spécifie-t-il.

Même son de cloche chez Mme Lanthier qui se remémore sa fierté d'avoir contribué à la mise sur pied d'un programme d'éducation de soins pour les jeunes schizophrènes.

«Souvent ce sont les parents qui nous remercient, surtout en santé mentale, les parents ont besoin de comprendre.»

Lundi, pour souligner leur carrière, c'est l'ensemble de la famille du CHUS qui les remerciait.

afaille@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer