Tourisme : ralentissement lié aux Jeux du Canada

Il y a eu une diminution importante de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Il y a eu une diminution importante de 60 000 visiteurs au Centre de foires en 2014.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'industrie touristique sherbrookoise a connu un léger ralentissement en 2014. Destination Sherbrooke, qui déposait son rapport annuel en atelier de travail lundi, justifie cette performance par la présence des Jeux du Canada en 2013.

Le taux d'occupation des hôtels a chuté de 4 %, passant à 56 %. En chiffres absolus, ce sont 7600 chambres vendues de moins en une année. Si Sherbrooke a accueilli deux congrès de moins, c'est au chapitre des événements sportifs, aussi nombreux, que l'affluence chute considérablement. Le nombre de participants diminue de 26,6 % et les nuitées générées de 56,9 %. L'argument des Jeux du Canada est évoqué.

On note aussi une baisse de l'achalandage au Bureau d'information touristique (BIT) de 1,6 %. Néanmoins, l'achalandage américain au BIT s'est accru de 48 % alors que la présence française a grimpé de 68 %.

Dans ses états financiers, Destination Sherbrooke inscrit par ailleurs un déficit de 361 499 $, une somme compensée à même les surplus de l'organisation. Des remboursements au Fonds de services de santé, de même que des périodes de vacances à la suite de la réorganisation à Destination Sherbrooke sont en cause. Il s'agit aussi d'une appropriation de surplus pour la réalisation de nouveaux projets.

En contrepartie, on estime que le tourisme a attiré 2 244 000 visites-personnes, qui génèrent 1,3 million de nuitées et 200,1 M$ en retombées. «Ce sont des rapports qui nous viennent de Statistique Canada. Les Cantons-de-l'Est génèrent environ 750 M$ en retombées. Sherbrooke en représente alors le tiers», mentionne le directeur général de Destination Sherbrooke Denis Bernier.

M. Bernier, qui considère la dernière année comme une année de transition, se disait satisfait des résultats du rapport annuel. «En 2010, nous n'avions que 125 M$ en retombées économiques, et nous parlions de 2300 emplois dans l'industrie touristique. Il y a là une belle progression. Sherbrooke prend de plus en plus sa place sur l'échiquier du tourisme d'agrément et du tourisme d'affaires.»

Dans le même sens, le directeur général rapporte que les résultats de 2014 sont meilleurs que ceux de 2012, l'année précédant les Jeux du Canada.

Quant à la diminution importante de 60 000 visiteurs au Centre de foires, Denis Bernier rétorque que l'espace loué est aussi important qu'en 2013. «Nous prenons de plus en plus une orientation vers les foires commerciales, ce qui génère plus d'exposants, plus de pieds carrés loués, mais un peu moins de visiteurs, puisque ce ne sont pas des salons ouverts au grand public.»

La conseillère Annie Godbout s'est inquiétée des projets en développement qui exigeront des investissements des contribuables. «À quel point êtes-vous arrimés à notre capacité d'investir dans le temps?»

«Nous en sommes très conscients. Nous devons nous enlever de la tête que ce ne sont que des investissements municipaux qui couvriront ces activités. Nous travaillons de plus en plus avec le privé», a répondu Rémi Demers, président de Destination Sherbrooke.

«Ce n'est pas un caprice, mais un devoir et une responsabilité municipale de contribuer au développement touristique», a ajouté le maire Bernard Sévigny.

En 2014, Destination Sherbrooke a subi une importante réorganisation en cédant certaines de ses responsabilités à la Ville de Sherbrooke. En conséquence, 12 postes permanents ont été abolis et la contribution municipale a été réduite de 22,9 %. L'organisme a aussi revu son image de marque pour se concentrer sur la «nature urbaine».

jonathan.custeau@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer