Coalition: pas question avec Mulcair à la tête du NPD, dit Trudeau

Thomas Mulcair et Justin Trudeau... (Archives PC)

Agrandir

Thomas Mulcair et Justin Trudeau

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Justin Trudeau serait «peut-être» davantage ouvert à l'idée de former une coalition avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) si Thomas Mulcair n'était pas aux commandes de la formation politique.

Questionné à savoir si la présence d'un autre chef que M. Mulcair pourrait changer la dynamique concernant une possible coalition entre les deux parties, M. Trudeau a répondu que «je sais pas... honnêtement, je ne veux pas faire des hypothèses (..) peut-être, mais peut-être pas.

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC) plaide que le style de son adversaire néo-démocrate, qui est «ancré dans une vieille façon de faire de la politique», ne cadre pas avec le sien.

Et si quelqu'un d'autre que Thomas Mulcair tenait les rênes du NPD, cela changerait «peut-être» sa position sur la conclusion d'une alliance formelle.

«C'est pas au niveau de la personnalité qu'il y a des problèmes. M. Mulcair, c'est un politicien expérimenté qui a fait ses preuves», a plaidé M. Trudeau en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne, mardi.

«Mais la politique doit se faire de façon rassembleuse, a-t-il poursuivi. On a des perspectives très différentes sur comment ça devrait se passer, la politique.»

La position du chef libéral sur la question des coalitions n'est pas nouvelle: avant même de se porter candidat à la direction du parti, il avait déjà catégoriquement écarté l'idée d'en former, que ce soit avec le NPD ou avec d'autres partis fédéraux.

Il y a environ un mois, le chef néo-démocrate a signalé qu'il était ouvert à une éventuelle alliance avec le PLC, reprochant par le fait même à son adversaire une forme d'opportunisme.

«À chaque fois que nous, on ouvre cette porte, Justin Trudeau claque la porte. Ma première priorité, c'est de nous débarrasser de Stephen Harper. La première priorité de Justin Trudeau, c'est Justin Trudeau», a déclaré M. Mulcair le 17 mars dernier.

Mais le chef libéral persiste et signe: l'idée de former une coalition avec les néo-démocrates ne le séduit toujours pas.

«Un arrangement formel, ça ne m'intéresse pas du tout», a-t-il tranché, se défendant d'agir pour servir ses intérêts personnels ou ceux du parti qu'il dirige.

«Au contraire, je trouve que de vouloir faire des arrangements avec les autres partis, c'est mettre le désir de pouvoir avant l'intérêt des Canadiens. L'intérêt des Canadiens, c'est d'avoir un gouvernement cohérent», a-t-il fait valoir.

Et comme le PLC et le NPD ont des divergences importantes en matière de politiques économiques et constitutionnelles, entre autres, la cohérence ne serait pas au rendez-vous, a illustré M. Trudeau.

Cette position est ferme, dit-il, même si les plus récents sondages laissent entrevoir la possibilité de l'élection d'un gouvernement minoritaire à Ottawa dans six mois.

Si la chose se produisait, le PLC collaborerait avec les partis pour faire adopter des lois «au cas par cas», a expliqué le député de Papineau.

Même si le but commun des néo-démocrates et des libéraux est de chasser le gouvernement conservateur du pouvoir, cela ne justifie pas pour autant une alliance électorale, selon lui.

«Je comprends tous ces gens qui sont tellement «tannés» de M. (Stephen) Harper, qui veulent à tout prix avoir quiconque d'autre comme premier ministre», a lâché Justin Trudeau à l'autre bout du fil depuis Oakville, en Ontario.

«Mais je sais aussi qu'après dix ans de M. Harper, ce dont le Canada a besoin, c'est un gouvernement cohérent qui va avoir une vision pour nous amener sur la bonne voie», a-t-il complété.

La directrice des communications au bureau du chef libéral, Kate Purchase, a tenu à dissiper tout doute quant aux velléités du PLC après la parution d'une première version de l'article de La Presse Canadienne relatant l'entrevue de M. Trudeau.

«La composition du prochain Parlement sera déterminée par les Canadiennes et les Canadiens lors des prochaines élections fédérales» et «il ne tiendra qu'à ce nouveau Parlement de faire en sorte que ça fonctionne», a-t-elle écrit.

Et dans la prochaine mouture du Parlement, M. Trudeau espère voir davantage de porte-couleurs libéraux du Québec - aux dernières élections, en mai 2011, le PLC avait dû se contenter d'une maigre récolte de sept sièges.

Il ne veut cependant pas chiffrer d'objectif précis en cette matière, se contentant de souhaiter l'arrivée de «10 à 78» députés libéraux québécois aux Communes à l'issue du scrutin prévu le 19 octobre 2015.

Le chef libéral ne se laisse pas impressionner par les annonces en série de candidatures québécoises de prestige pour le Parti conservateur, faisant valoir que ces députés seront condamnés à porter la voix d'Ottawa au Québec et non l'inverse.

La semaine dernière, l'ancien député caquiste Gérard Deltell, le maire de Victoriaville Alain Rayes et l'ex-directeur général du Carnaval de Québec Jean Pelletier ont annoncé coup sur coup qu'ils briguaient l'investiture conservatrice dans leur circonscription respective.

Du côté du camp libéral, il y a peu de figures connues parmi les 62 candidats libéraux confirmés sur 78 jusqu'à présent.

La seule aspirante qui jouit d'une importante renommée médiatique est Mélanie Joly, qui tente de se faire désigner candidate dans la circonscription montréalaise d'Ahuntsic-Cartierville.

Mais cela ne signifie pas que le PLC a un déficit d'attractivité au Québec, insiste Justin Trudeau.

«J'ai préféré aller chercher des gens qui vont être extrêmement compétents comme représentants locaux, comme ministres éventuellement, en raison de leurs qualités et non de la publicité que ces personnes vont emmener avec elles», a-t-il exposé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer