Investissement en éducation: Péladeau reste prudent

Pierre Karl Péladeau... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) S'il devient un jour premier ministre du Québec, Pierre Karl Péladeau promet de réinvestir en éducation. À quelle hauteur et de quelle façon? Le candidat à la chefferie du Parti québécois n'a pas voulu préciser ses intentions, jeudi midi, devant les quelque 120 étudiants de l'Université de Sherbrooke venus l'entendre à l'auditorium de la Faculté des sciences dans le cadre de sa tournée des régions.

Même si l'éducation «représente le meilleur investissement qu'une collectivité peut se donner» et que le gouvernement Couillard fait fausse route en cette matière, Pierre Karl Péladeau n'a pas voulu préciser par quels moyens il remettrait le système d'éducation sur les rails, si un jour il devenait premier ministre du Québec.

À la question d'un étudiant, à savoir s'il était prêt à s'engager à ramener le budget des universités à ce qu'il était avant les compressions, le candidat favori à la succession de Pauline Marois s'est gardé d'aller «dans les détails» :

«Oui, il va falloir investir davantage, a reconnu PKP. Quels montants et selon quelles modalités (hausses d'impôts, frais de scolarité)? Nous le déterminerons au moment opportun et avec les intervenants. Quelles sont les meilleures et quelles sont les plus efficaces? Honnêtement, je n'ai pas de recette magique. Mais je considère important d'être à l'écoute des intervenants et des parties prenantes d'un écosystème qui s'appelle l'éducation pour qu'on puisse travailler dans le plus grand consensus possible», a-t-il vaguement élaboré.

- Oui, mais allez-vous au moins ramener le financement à ce qu'il était avant? a relancé l'étudiant.

- «Ben là, qu'est-ce que c'était avant? s'est demandé tout haut M. Péladeau. C'est bien beau de dire oui ou de dire non, mais je n'ai pas les détails. Ce que je vous dis, c'est que je crois en l'éducation et que je vais continuer à y investir», a-t-il répété en précisant que l'éducation était l'un des leviers dont disposent les nations pour s'enrichir individuellement et collectivement.

Outre l'éducation, M. Péladeau a aussi dû répondre à des questions portant sur l'environnement et la souveraineté.

«Nous vivons dans une société de droits, ce serait ridicule de penser que nous pouvons interdire à un citoyen de s'adresser aux tribunaux.»


Selon lui, l'électrification des transports est l'un des «chantiers majeurs» auquel le Québec doit s'atteler compte tenu de son énorme capacité de production et des importants surplus hydro-électriques dont il dispose.

Pour ce qui est de la souveraineté, il reconnaît que depuis la défaite référendaire de 1995, le Parti québécois n'a pas su maintenir le dialogue avec l'ensemble des Québécois. Selon lui, il est important de rappeler aux Québécois à quel point le gouvernement fédéral représente un obstacle dans des champs de compétences essentiels au développement du Québec, notamment en matière d'énergie, de droit criminel et de valeurs mobilières.

Mouvement étudiant

Interrogé par La Tribune au sujet des accusations d'outrage au tribunal auxquelles font face certains étudiants, Pierre-Karl Péladeau a reconnu la légitimité du mouvement étudiant, tout en précisant que le mouvement n'est pas au-dessus des lois :

«Nous vivons dans une société de droits, ce serait ridicule de penser que nous pouvons interdire à un citoyen de s'adresser aux tribunaux. Les tribunaux sont indépendants dans les décisions qu'ils rendent et c'est ce qui s'est produit (...). Maintenant, est-ce qu'il y a eu des dérapages, de situations exceptionnelles comme celles que nous vivons actuellement? Je pense que tout le monde est là pour le constater. Est-ce que ces dérapages-là sont acceptables? Je pense que non», a précisé Pierre Karl Péladeau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer