Découvrir la cabane à sucre «comme dans le temps»

Jocelyn Brouillard et Franck Huot... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Jocelyn Brouillard et Franck Huot

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(ORFORD) Afin de permettre au grand public de se familiariser avec l'univers de la production acéricole, l'entrepreneur Jocelyn Brouillard a créé une érablière où il est possible d'entrer momentanément dans la peau d'un acériculteur.

Appartenant au domaine Jardins gourmands à Orford, l'Érablière chic rustique compte environ 800 entailles. La sève de ses arbres est recueillie à l'aide de chaudières, ce qui n'est plus du tout la norme dans les érablières québécoises.

La transformation de la sève en sirop, tire et autres produits est effectuée à l'intérieur d'une petite cabane à sucre semblant tout droit sortie d'une autre époque. À cause de sa taille, la cabane en question ne peut accueillir qu'un nombre limité de convives à la fois.

Près de la cabane à sucre, on retrouve de larges panneaux d'interprétation sur lesquels on lit différentes informations en lien avec la production acéricole.

« Trois mots-clés - découvrir, participer et savourer - définissent l'expérience qu'on propose, indique Jocelyn Brouillard. Par exemple, en ce qui concerne la participation, les gens ont la chance de pouvoir faire la cueillette de la sève eux-mêmes, sous la supervision d'un guide, et d'entailler des érables. »

Les visiteurs sont également invités à monter à bord d'une carriole qui les transporte jusqu'au coeur de l'érablière. Durant le trajet, un guide-interprète leur transmet une foule d'informations reliées au monde de l'acériculture.

DIVERSIFICATION

L'érablière est voisine des champs de Citrouilles et tournesols, qui sont aussi la propriété de M. Brouillard. « Citrouilles et tournesols offre des activités surtout à la fin de l'été et en automne alors que l'érablière reçoit le public au terme de la saison hivernale. Mais mon but, c'est de proposer des activités 10 mois par année. C'est pour ça qu'on continue le développement. »

Notons que les champs de Citrouilles et tournesols sont partiellement mis à la disposition du public en saison estivale. Les gens qui le désirent peuvent louer une parcelle de terre et cultiver des légumes sur place.

« Pendant quatre ans, on a regardé ce qui attire les gens et ce que le public aime moins. On a élaboré une offre d'activités en conséquence. On dévoilera deux autres volets au cours des prochains mois, plus précisément au printemps et au début de l'été », révèle Jocelyn Brouillard.

Partager

À lire aussi

  • Des becs sucrés pour Pâques

    Estrie et Régions

    Des becs sucrés pour Pâques

    Si quelques cabanes à sucre de la région étaient fermées le jour de Pâques, celles qui ouvraient leurs portes étaient pleines à craquer dimanche. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer