• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > «La prospérité donnera aux Québécois les moyens de leurs ambitions», dit Coiteux 

«La prospérité donnera aux Québécois les moyens de leurs ambitions», dit Coiteux

Le ministre Martin Coiteux... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le ministre Martin Coiteux

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «Je suis très optimiste, car 2015 sera l'année des entrepreneurs et des contribuables du Québec. Derrière le redressement des finances publiques, il y a un enjeu beaucoup plus important soit celui de la prospérité économique qui donnera aux Québécois les moyens de leurs ambitions», a déclaré le ministre Martin Coiteux.

Le ministre Martin Coiteux était attendu par des... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Le ministre Martin Coiteux était attendu par des manifestants, jeudi à Sherbrooke.

Imacom, Maxime Picard

«Les chiffres contrastent avec la possibilité d'avoir ce qu'on appelle un État providence. Ils me font plutôt penser à l'État évidence. Il faut agir», a clamé le ministre responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes qui était de passage à Sherbrooke, hier, à titre de conférencier. Invité de la Chambre de commerce de Sherbrooke et du député libéral Luc Fortin, le ministre Coiteux était là pour présenter le plan du gouvernement en matière de redressement des finances publiques et de la relance économique.

Entre 2004 et 2014, le nombre d'organismes de l'état recensés est passé de 188 à 160. «C'est pas vrai que rien n'a été fait. Mais on doit aller plus loin. C'est pourquoi on annoncera de nouvelles fusions et abolitions d'organismes. Les premiers organismes touchés seront dévoilés lors du budget», a mentionné le ministre.

«Il existe une nécessité de casser le cycle anti prospérité dans lequel on s'est installé. C'est exactement ce qui guide nos gestes depuis avril dernier. Notre plan est clair. Il consiste à redresser les finances publiques, s'attaquer aux défis structurels. Cela nous permettra de gagner une marge de manoeuvre qu'on a l'intention d'utiliser notamment pour réduire le fardeau fiscal des Québécois. Tout cela se tient, car l'allégement du fardeau fiscal dynamisera l'économie», a révélé le ministre ajoutant que le dérapage des finances publiques se traduit toujours en augmentation du fardeau fiscal des entreprises et des particuliers.

«Cette année, on paie 11 milliards d'intérêts sur la dette. C'est 11 milliards n'iront pas dans à l'Université de Sherbrooke ou dans les commissions scolaires.»


«Pourquoi doit-on changer les façons de faire? Notre croissance économique des dernières décennies n'a pas été à la hauteur de notre plein potentiel. Elle a été inférieure à celle d'autres juridictions ailleurs au Canada et ailleurs dans les pays de l'OCDE», a affirmé M. Coiteux soulignant que l'adoption des mesures libérales a déjà donné des résultats spécifiant que le déficit budgétaire fond graduellement depuis neuf mois.

«Les programmes s'empilent au fil des décennies sans qu'on les remette en question. Notre plan est de repenser lcs programmes. On rénovera notre État en révisant les programmes gouvernementaux, en fusionnant ou abolissant certains organismes et en réduisant de façon responsable les effectifs de l'État», affirme M. Coiteux précisant qu'une étude récente démontre qu'en 40 ans, le Québec aurait eu 6 années d'équilibre budgétaire.

«Cette année, on paie 11 milliards de dollars d'intérêts sur la dette publique. Ces 11 milliards n'iront pas à l'Université de Sherbrooke ou dans les commissions scolaires, mais ils iront, permettez-moi la caricature, dans les poches des banquiers de New York. 11 milliards, c'est plus que tout ce qu'on dépense dans l'ensemble du réseau scolaire», a déclaré M. Coiteux ajoutant que ces 11 milliards pourraient autrement être investis dans «nos programmes qui nous sont chers».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer