Le petit Arnaud pourra enfin rester chez lui

Les parents du petit Arnaud Bertrand en sont... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les parents du petit Arnaud Bertrand en sont venus à une entente avec la CSSSAE et le petit homme sera enfin chez lui en permanence à compter du 16 mars.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Kingsey Falls) C'est fait, les parents du petit Arnaud Bertrand en sont venus à une entente avec la CSSSAE et le petit homme sera enfin chez lui en permanence à compter du 16 mars.

Le père du bambin, Michel Bertrand, était évidemment tout sourire au moment de s'entretenir avec La Tribune. Ça fait maintenant plusieurs mois que lui et sa conjointe, Annie St-Onge, multiplient les aller-retour jusqu'à Montréal afin qu'on offre à Arnaud les soins et la surveillance dont il a besoin. D'innombrables heures et plusieurs milliers de kilomètres plus tard, cette expérience difficile sera bientôt derrière eux.

« On est vraiment contents. Nous avons une belle entente qui nous permettra d'assurer la surveillance d'Arnaud sept nuits par semaine sans que ça nous coûte un bras. C'est une solution satisfaisante », estime M. Bertrand.

On a ainsi convenu de surveiller Arnaud à raison de huit heures par nuit au lieu de dix. La surveillance sera assurée par des infirmières auxiliaires plutôt que des infirmières régulières. Le système de santé paiera pour une partie des soins, la compagnie d'assurance couvrant les Bertrand sera également mise à contribution.

Deux derniers week-ends

Les parents et les soeurs d'Arnaud ont pris goût à sa présence. Il a été plus souvent à la maison qu'à l'hôpital au cours des dernières semaines et les Bertrand ont même fait des nuits blanches le week-end dernier afin d'éviter l'aller-retour à Montréal.

Il faut dire que l'Hôpital de Montréal pour enfants était aux prises avec une éclosion de gastroentérite et qu'il était donc préférable de ne pas prendre de risque. Si tout se passe bien, le petit homme se rendra dans les métropoles au cours des deux prochaines fin de semaines, puis ce sera terminé. Il n'aura plus qu'à se rendre à Montréal pour rencontrer les spécialistes au besoin et de façon ponctuelle.

Rappelons que le petit Arnaud est victime d'une grave paralysie des cordes vocales qui a nécessité une trachéotomie, en mai dernier. Bien que son état soit considéré comme stable, il fait l'objet d'une observation constante. Selon les médecins soignants, l'état du garçonnet peut demeurer précaire pendant une période de temps variant entre six mois et cinq ans. La famille procédera à la formation des infirmières auxiliaires au cours des prochains jours.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer