• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Réorganisation des parcs et espaces verts : des économies de 280 000 $ 

Réorganisation des parcs et espaces verts : des économies de 280 000 $

Avec la réforme de la gouvernance, les horaires... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Avec la réforme de la gouvernance, les horaires des patinoires seront uniformisés. En semaine, les patinoires, comme celle du parc St-Alphonse, seront ouvertes de 16 h à 21 h 30, et de 10 h à 21 h 30 la fin de semaine.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) La réforme de la gouvernance continue de prendre forme à Sherbrooke alors que le conseil municipal en a approuvé un deuxième volet lundi. Ce volet touche la réorganisation des activités de la division des parcs et des espaces verts et permet des économies s'élevant à 280 000 $. L'objectif était fixé à 222 000 $

Yves Tremblay, chef de la division des parcs et des espaces verts, vulgarise les changements qui seront apportés. Il s'agit d'éliminer les tâches qui s'effectuaient en double et d'assurer une meilleure planification des travaux. « Depuis 2002, les arrondissements occupaient un certain rôle qui pouvait être partagé avec d'autres entités. Par exemple, une partie des pistes cyclables relevait de Destination Sherbrooke, une autre des arrondissements et une autre de la Ville de Sherbrooke. Nous avons tout rapatrié avec un seul joueur responsable. »

L'entretien des parcs sera aussi simplifié. Pour les terrains de soccer, par exemple, la Ville se chargeait de peindre les lignes alors que le gardien de parc procédait à la tonte du gazon. Une mauvaise coordination entraînait parfois une tonte après les activités de lignage. « En optimisant nos équipes, nous aurons besoin de moins de quincaillerie. Une équipe fera la tonte dans tous les parcs. Au lieu d'avoir plusieurs tondeuses qui ne servent que pendant une heure dans chaque parc, il y aura une tondeuse qui sera utilisée tous les jours, huit heures par jour. »

La préparation des terrains sportifs se fera alors en une seule et même opération. « Des équipes ne feront que de l'entretien, tandis que d'autres ne seront attitrés qu'à la surveillance et à la réponse aux clients. »

M. Tremblay explique qu'une comparaison a aussi été effectuée par rapport aux heures de glace disponibles sur les patinoires extérieures. « Actuellement, nous offrons environ 80 heures par semaine, alors qu'un peu partout ailleurs, c'est beaucoup moins. Nous avons donc décidé d'ajuster notre offre. » Les horaires seront aussi uniformisés. En semaine, les patinoires seront ouvertes de 16 h à 21 h 30, et de 10 h à 21 h 30 la fin de semaine.

Moins de surveillance

« Nous nous concentrons sur les heures où les citoyens sont vraiment présents. Nous n'avons pas l'obligation d'assurer une surveillance. Nous avons seulement l'obligation d'assurer des installations sécuritaires. Au lieu d'avoir une ressource présente 8 h par jour dans un seul parc, nous optimiserons l'emploi du temps. Les arrondissements étaient limités à exiger une tâche spécifique de cette ressource et devaient donner un mandat spécifique pour une période limitée. Nous pourrons maintenant concentrer les actions en faisant du multitâche. »

Chantal L'Espérance ne comprend pas qu'on réduise les heures d'accessibilité. « Si on fait mieux qu'ailleurs pourquoi changer? Rester ouvert jusqu'à 22 h le vendredi et le samedi pour des patinoires qui sont très populaires, ce n'est quand même pas trop cher demandé. »

M. Tremblay s'est montré ouvert à une certaine flexibilité.

Nicole Bergeron et David Price se sont opposés à cette réforme. « Nous avons traité ça comme si c'était un dossier sans grande importance. C'était le dernier pan de l'existence et de la pertinence des arrondissements. Avec le transfert de ces pouvoirs, je suis extrêmement préoccupée de la survie des arrondissements. En toute cohérence, on est en train de faire des coquilles vides qui perdent tout leur sens. Je me demande comment on continuera de prétendre que les arrondissements ont un sens véritable. À part aller y chercher un bac de récupération ou une dérogation mineure, je me demande bien ce qu'on y trouvera. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer