La Société nationale de l'amiante, morte ou vivante?

Monique Gagnon-Tremblay... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Monique Gagnon-Tremblay

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Abolie officiellement il y a dix ans, la Société nationale de l'amiante n'est pas morte, du moins est assez vivante pour présenter un rapport d'activité à l'Assemblée nationale.

L'abolition de la Société nationale de l'amiante est prévue depuis 2005. Alors qu'elle était présidente du Conseil du trésor en 2010, Monique Gagnon-Tremblay avait affirmé la nécessité d'abolir 28 organismes, dont la Société nationale de l'amiante, rapporte le journal Le Soleil de Québec.

Sa disparition avait été programmée après le dépôt du rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, lequel avait été présidé par Thomas J. Boudreau.

En décembre 2005, les élus de l'Assemblée nationale ont adopté le projet de loi 120 autorisant le gouvernement à procéder à sa dissolution par décret.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer