Cartel de l'essence: Ottawa ne collabore pas, dit Dusseault

Pierre-Luc Dusseault... (Archives La Tribune)

Agrandir

Pierre-Luc Dusseault

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault accuse le gouvernement Stephen Harper de ne pas collaborer avec les citoyens qui ont intenté un recours collectif contre les compagnies pétrolières dans le dossier du cartel de l'essence.

Jeudi à la Chambre des communes, M. Dusseault a interrogé le ministre de la Justice concernant le présumé cartel de l'essence qui vise notamment trois grandes compagnies bien connues qui se retrouvent au coeur d'un recours collectif en lien à la fixation des prix à la pompe. On les accuse d'avoir organisé une hausse des prix du pétrole à la pompe afin d'engendrer de plus grands profits.

En plus de faire face à un puissant lobby, les citoyens doivent aussi composer avec le manque de collaboration des conservateurs et du Bureau de la concurrence, dénonce le député néo-démocrate.

En sept ans, les plaignants disent n'avoir eu accès qu'à 1 % de la preuve disponible, soit 9200 pages sur un total de 1,2 million de pages produites dans le cadre de l'enquête Octane du Bureau de la concurrence du Canada. Par la voix d'un de leurs avocats, ils soutiennent être constamment bloqués par les pétrolières.

«Les compagnies pétrolières faisaient obstruction pour empêcher de faire la lumière sur le présumé cartel de l'essence, maintenant, les conservateurs mettent des bâtons dans les roues des citoyens dans leur quête de justice. C'est aberrant et insultant pour ces honnêtes citoyens qui se sont fait flouer. Le ministre devrait leur faciliter la tâche, pas la compliquer», commente M. Dusseault.

«Pourquoi les conservateurs protègent-ils le présumé cartel du pétrole de Sherbrooke qui aurait "plumé" pendant des mois les automobilistes de la région?», a questionné le député de Sherbrooke.

Rappelons que le clan des automobilistes a gagné une bataille en octobre dernier lorsque la Cour suprême a ordonné qu'ils puissent avoir accès aux 6000 conversations captées grâce à l'écoute électronique qui ont mené au dépôt d'accusations pénales. Sur les conversations téléphoniques, on pouvait entendre des employés organiser la valse des prix à la pompe.

Mais les requérants affirment que pour défendre les 1,2 million d'automobilistes qui auraient payé leur carburant trop cher, ils ont besoin de beaucoup plus, selon le journal Le Soleil. Ils veulent avoir tous les enregistrements concernant la fixation des prix de l'essence qui n'ont pas été divulgués lors des procédures pénales. Au total, 220 000 conversations ont été enregistrées lors du projet Octane.

Le NPD propose la création d'un poste d'ombudsman des prix de l'essence afin de créer un vrai rapport de force aux citoyens et donnera les preuves nécessaires pour intenter des poursuites contre les criminels à cravates, ajoute M. Dusseault.

L'Opposition officielle à Ottawa dénonce aussi les sentences-bonbons en matière de collusion. «Ce n'est pas normal que les poursuites du Bureau de la concurrence pour les cas de collusion se terminent par des peines à purger dans la collectivité ou des amendes qui dépassent rarement plus de 10 000$. Les conservateurs devraient être aussi durs contre les criminels à cravates», a conclu M. Dusseault.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer