Des prix Nobel prennent position en faveur de Raif Badawi

Des récipiendaires de prix Nobel pressent l'Arabie saoudite de cesser de... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Des récipiendaires de prix Nobel pressent l'Arabie saoudite de cesser de flageller et de libérer le blogueur Raif Badawi, emprisonné pour avoir exprimé ses opinions.

Des récipiendaires de prix Nobel pressent l'Arabie saoudite... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Selon le journal anglais The Independent, les récipiendaires, dont le Canadien Rudolph Marcus (Nobel de chimie en 1992), demandent que les élites du pays défendent la liberté d'expression.

Les lauréats du prix Nobel ont publié une lettre ouverte dont le quotidien britannique a obtenu copie. Ils laissent entendre que si les universitaires saoudiens sont incapables de se lever pour la liberté d'expression, ils risquent d'être marginalisés à l'échelle internationale.

Ils rappellent que les autorités saoudiennes font la promotion du pays en tant que centre de recherche scientifique en plein essor, note The Independent dans un texte titré «Free Raif Badawi».

Les pressions se font donc de plus en plus fortes à l'international en faveur du prisonnier d'opinion de 32 ans dont la famille est réfugiée à Sherbrooke.

M. Badawi doit recevoir 50 coups de fouet vendredi en Arabie saoudite. Pour les propos tenus sur son blogue, il est aussi condamné 10 ans de prison et 300 000 $ d'amende. Il doit recevoir en tout 1000 coups de fouet.

 Jean-Lou Chameau... (Photo KAUST) - image 2.0

Agrandir

 Jean-Lou Chameau

Photo KAUST

La lettre ouverte des prix Nobel internationaux est adressée au professeur Jean-Lou Chameau, président de l'Université du Roi Abdullah de la science et de la technologie (KAUST), une institution de recherche d'études supérieures de plusieurs milliards de dollars qui a ouvert ses portes en grande pompe à Thuwal en 2009. 

On le met en garde contre l'effritement de la coopération internationale scientifique qui pourrait être causée par une moins grande liberté de pensée et d'expression appliquée à la société saoudienne.Vendredi dernier, il a pu échapper au fouet, car un médecin considérait que ses plaies n'étaient pas assez guéries pour recevoir son châtiment.

Les prix Nobel se souviennent que le roi avait inauguré l'université en disant qu'il la voyait devenir «un phare pour la paix, l'espérance et la réconciliation».

Les signataires sont d'avis que les membres de la KAUST ont réalisé l'ampleur de la peine imposée à Raif Badawi et du choc causé à travers le monde par sa condamnation.

En mai dernier M. Badawi a été condamné à recevoir 1000 coups de fouet à être administrés à raison de 50 par semaine pour avoir critiqué sur son blog le mode de vie de l'Arabie saoudite. Son affaire a été déférée à la Cour suprême du pays en décembre dernier par le roi Abdullah Bin Abdulaziz Al Saud.

Les signataires

Martin Chalfie, Chimie (États-Unis)

J M Coetzee, Litérature  (Australie/Afrique du Sud)

Claude Cohen-Tannoudji, Physique (France)

Richard Ernst, Chimie  (Suisse)

Gerhard Ertl, Chimie (Allemagne)

Sheldon Lee Glashow, Physique (États-Unis)

Dudley Herschbach, Chimie (États-Unis)

Roald Hoffmann, Chimie (États-Unis)

Brian Josephson, Physique (Angleterre)

Martin Karplus, Chimie (États-Unis)

Harold Kroto, Chimie (Angleterre/États-Unis)

Yuan Lee, Chimie (Taïwan/États-Unis)

Rudolph Marcus, Chimie (Canada/États-Unis)

John Polanyi, Chimie (Canada)

Richard Roberts, Médecine (États-Unis)

John Sulston, Médecine (Angleterre)

Jack Szostak, Médecine (États-Unis)

Eric Wieschaus, Médecine (États-Unis)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer