Patrick Desautels soulagé d'éviter le processus judiciaire

Patrick Desautels est heureux d'éviter les procédures judiciaires... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Patrick Desautels est heureux d'éviter les procédures judiciaires liées aux meurtres de ses enfants.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sainte-Christine) Patrick Desautels a pris un peu tout le monde par surprise, vendredi matin, lorsqu'il a reçu les journalistes à bras ouverts à sa résidence de Sainte-Christine. D'un naturel réservé au moment d'affronter la presse, il est apparu accueillant, enjoué et loquace quelques heures après avoir appris la mort de Sonia Blanchette, celle qui est accusé du meurtre de ses enfants.

« Je commence à aimer mon année 2015, lance-t-il d'entrée de jeu, tout sourire. Je suis content de ne pas avoir à passer à travers le processus judiciaire. Je suis content de ne plus avoir à me remémorer les événements et avoir à me passer en boucle dans la tête ce que je devrai dire ou ne pas dire devant la cour », affirme le propriétaire de Plantons A et P.

Pour ce qui est du décès en tant que tel, le père endeuillé n'en fait pas trop de cas. Il semble avoir creusé un fossé important avec celle qui a été sa conjointe pendant quelques années. Il a d'ailleurs une nouvelle amie de coeur et semble filer le parfait bonheur.

« Qu'elle soit morte, ça ne me fait pas un pli, je n'ai aucune pitié pour elle. En fait, j'aurais souhaité qu'elle souffre plus longtemps, que ça dure plus longtemps, elle aurait pu souffrir pendant 25 ou 30 ans pour ce qu'elle a fait. En même temps, elle n'a pas choisi la façon la plus facile de s'en aller. Ce n'est pas comme une balle en pleine tête, c'est long mourir de faim, tu ne meurs pas du jour au lendemain, ça doit être souffrant », ajoute M. Desautels.

La seule ombre au tableau est la raison pour laquelle Blanchette a décidé de s'enlever la vie. Selon le père, elle n'est pas partie pour ne pas avoir à affronter la justice, mais plutôt parce qu'elle souhaitait retrouver ses enfants dans l'au-delà.

Concernant les enfants, Patrick Desautels ne passe pas une journée sans avoir une pensée pour ces trois petites âmes qui lui ont été enlevées trop tôt. « Tous les matins, tous les jours, j'ai une pensée pour eux, c'est sûr », conclut-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer