L'objectif? Réduire le bruit

Le professeur Stéphane Moreau, titulaire de la Chaire... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Le professeur Stéphane Moreau, titulaire de la Chaire industrielle d'aéroacoustique, Vincent Blandeau, du département d'acoustique et d'environnement chez Airbus, à Toulouse, et Manuel Henner, du groupe moto-ventilateur chez Valeo, à La Verrière en France, sont quelques-uns des partenaires réunis derrière la nouvelle Chaire de recherche de l'Université de Sherbrooke en aéroacoustique.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Réduire le bruit dans les transports pour améliorer la qualité de vie des gens. Voilà l'objectif de la nouvelle Chaire industrielle d'aéroacoustique de l'Université de Sherbrooke développée en collaboration avec Airbus, Snecma, Technofan et Valeo. Ce partenariat prévoit un investissement d'une valeur de 1 979 703 $ sur cinq ans.

À l'heure actuelle, environ 500 000 des 2,5 millions de travailleurs du Québec s'exposent quotidiennement à des niveaux de bruit susceptibles d'engendrer des problèmes d'audition.

En plus, la surdité professionnelle touche 100 000 Québécois. Afin de contribuer à réduire les niveaux de bruit des moyens de transport, en particulier dans les avions et les automobiles, l'UdeS et ses partenaires lancent la Chaire industrielle d'aéroacoustique, dont le titulaire est le professeur Stéphane Moreau du département de génie mécanique.

« Avec Airbus, Snecma et Technofan, nous étudierons le bruit des avions et avec Valeo, nous aborderons les problèmes acoustiques liés aux systèmes de ventilation des automobiles et du système de climatisation installé dans l'habitacle », annonce le professeur Moreau, soulignant que les quatre partenaires font face à l'émergence de nouvelles règlementations en matière de diminution des émissions sonores, dans un environnement de compétition internationale accrue.

« Dans un contexte de densification urbaine, où autoroutes et aéroports côtoient désormais d'importants quartiers résidentiels, les gouvernements et les municipalités imposent un encadrement réglementaire de plus en plus strict des émissions sonores, explique le professeur Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche, à l'innovation et à l'entrepreneuriat de l'UdeS. La création de cette chaire permettra de consolider, à l'échelle canadienne et internationale, la masse critique de recherche dans ce créneau essentiel. De plus, la présence de partenaires industriels d'envergure permettra d'accélérer le transfert des nouvelles connaissances, dont les retombées toucheront le public dans son quotidien. »

La Chaire industrielle d'aéroacoustique développera de nouvelles connaissances communes dans l'industrie aéronautique et des transports, notamment sur les machines tournantes et les jets des turboréacteurs. « C'est un privilège pour Airbus de contribuer à l'avancement des recherches en étudiant les sources de bruit et en effectuant des simulations et des essais dédiés détaillés en laboratoire, dit Vincent Blandeau, du département d'acoustique et d'environnement chez Airbus, à Toulouse. Nous voyons dans cette chaire la possibilité de développer de nouveaux outils et de nouvelles technologies en matière de réduction du bruit afin de nous permettre de demeurer un chef de file mondial dans le domaine aéronautique. »

Relativement à l'accroissement du trafic routier et des congestions dans les grandes agglomérations, les constructeurs automobiles font face à des normes d'émission sonore de plus en plus sévères. « Pour le groupe Valeo, les performances acoustiques des systèmes automobiles doivent être prises en compte dès les phases amont de conception, car il s'agit à la fois d'améliorer le confort des passagers et de réduire les nuisances sonores en milieu urbain, précise Manuel Henner, du groupe moto-ventilateur chez Valeo, à La Verrière en France.

Depuis 2009, une collaboration active entre les partenaires et le titulaire existe autour d'un outil de prévision de bruit de machines tournantes.

« Les études entreprises avec le professeur Moreau nous ont permis de progresser dans la compréhension des phénomènes physiques à l'origine du bruit de ventilation, et d'apporter des moyens d'amélioration significatifs à nos départements de recherche et développement », ajoute M. Henner.

« Nous proposerons des solutions de réduction de bruit en jouant sur les sources primaires et secondaires, commente le professeur Moreau. La chaire industrielle permettra également la formation de personnel hautement qualifié qui pourra ensuite être embauché par les partenaires, notamment pour l'utilisation des nouveaux outils. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer