Médicaments: les infirmières obtiennent plus de pouvoirs

Après 10 ans de négociations, les infirmières obtiennent plus de pouvoirs en... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partager

Daphné Cameron
Daphné Cameron
La Presse Canadienne
Montréal

Après 10 ans de négociations, les infirmières obtiennent plus de pouvoirs en matière de médicaments. Elles pourront désormais ajuster les ordonnances des patients qui souffrent d'hypertension et de diabète, ainsi que les traitements d'anticoagulothérapie et de dyslipidémie. Des centaines de médicaments, parmi lesquels figurent les plus vendus au Canada, seront touchés par cette entente, que le ministre de la Santé Réjean Hébert qualifie d'«historique».

À compter du 15 avril, quatre ordonnances collectives seront activées à l'échelle du Québec. Une ordonnance collective est une prescription faite par un ou plusieurs médecins à un autre groupe de professionnels de la santé, comme les infirmières ou les pharmaciens.

Dans le cas de l'entente annoncée lundi, les patients devront avoir préalablement reçu un diagnostic et une ordonnance de leur médecin. Si nécessaire, les infirmières de leur clinique, de leur CLSC ou de leur groupe de médecine familiale pourront ensuite ajuster les doses en fonction de protocoles préétablis, puis assurer le suivi avec le pharmacien.

Cette entente a nécessité de longues discussions entre le Collège des médecins, l'Ordre des pharmaciens du Québec et l'Ordre des infirmières et des infirmiers.

Selon le ministre Hébert, il s'agit d'un véritable changement de culture, qui permettra ultimement de dégager du temps pour les médecins de famille afin qu'ils puissent voir d'autres malades.

L'adoption de ces quatre ordonnances collectives s'inscrit aussi dans une tendance visant à attribuer certains pouvoirs traditionnellement détenus par les médecins à d'autres professionnels de la santé.

En décembre, le ministre Hébert a d'ailleurs annoncé qu'à compter du printemps, les pharmaciens pourront prescrire une dizaine de médicaments et renouveler la plupart des ordonnances.

Le ministre aimerait maintenant adopter d'autres ordonnances collectives. Il vise les inhalateurs pour les maladies pulmonaires et les médicaments contre les infections transmises sexuellement et par le sang. Il promet qu'il ne faudra pas 10 autres années avant d'y parvenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer