Bureau-Blouin lance une plateforme de consultation sur internet

Léo  Bureau-Blouin... (Archives La Presse)

Agrandir

Léo Bureau-Blouin

Archives La Presse

Partager

Marie-Michèle Sioui
La Tribune

(Laval) Au jour de son 21e anniversaire, lundi, le député péquiste Léo Bureau-Blouin a lancé une initiative bien de son temps: une plateforme de consultation citoyenne sur internet.

De cette manière, si le député de Laval-des-Rapides trouve «logique» que la malbouffe ou les boissons gazeuses dites «énergisantes» soient taxées davantage, il choisira d'abord de prendre le pouls de la population à ce sujet avant d'en faire la promotion auprès du ministère de la Santé.

Le Parti québécois prépare-t-il donc une hausse des taxes sur la malbouffe, comme il l'a fait pour l'alcool et la cigarette dans son dernier budget? «La taxation peut être une mesure, mais ça demande une grande acceptation sociale», s'est contenté de répondre lundi M. Bureau-Blouin, prudent. «Pour instaurer une taxe, ça prend l'acceptation de la population, et c'est ce que j'aimerais vérifier.»

La plateforme, installée sur le réseau social québécois Cocoriko, propose pour l'instant aux citoyens de se prononcer sur quatre enjeux. Trois d'entre eux concernent la santé - la présence de malbouffe près des écoles, et une taxe sur les boissons sucrées et les aliments néfastes pour la santé -, tandis que l'autre est inspirée de la récente tuerie dans une école primaire de Newtown, au Connecticut.

Le sujet est «dans l'air» depuis un certain temps, reconnaît le jeune péquiste, mais l'actualité a poussé l'équipe de M. Bureau-Blouin à questionner la population sur le rapatriement du volet québécois du registre canadien des armes d'épaule, afin d'appliquer un contrôle strict des armes à feu.

Au début du mois de décembre, le gouvernement Marois a promis le dépôt «prochain» d'un projet de loi pour créer un registre des armes à feu exclusivement québécois.

Qu'elle soit «très en accord» ou «très en désaccord», la population québécoise peut à présent se prononcer sur les enjeux soulevés par le député lavallois, et elle peut à son tour proposer des thèmes de discussions. Des séances de clavardage avec M. Bureau-Blouin sont également prévues.

Léo Bureau-Blouin a par ailleurs profité de l'occasion, lundi, pour dresser un bilan de sa première session parlementaire, non sans cacher qu'il avait «bien hâte» de prendre quelques jours de congé pendant la période des Fêtes.

«J'ai un peu traversé le miroir», a-t-il lancé en parlant de son passage en politique après avoir été à la tête de la Fédération étudiante collégiale du Québec. «Vivre la politique au jour le jour, c'est différent de l'observer. C'est assez éprouvant, la pression est importante. Quand on est à l'extérieur, on voit l'engagement électoral et sa réalisation, mais on ne voit pas la mécanique, l'opérationnel.»

Maintenant qu'il dit connaître les rouages de l'Assemblée nationale, le plus jeune député de l'histoire du Québec promet de s'atteler à la tâche dès le retour au travail après le temps des Fêtes.

«Je vais pouvoir m'impliquer encore plus», a-t-il assuré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer