• La Tribune 
  • > Correction des verres... ou des vers 

Correction des verres... ou des vers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'aimerais savoir ce que vous pensez de cette énigme qui circule sur la toile. « Dans une main, j'ai un ver de terre, et dans l'autre, un verre d'eau. J'ouvre les deux mains et les deux (...) tombent. Comment faudrait-il écrire le mot "ver" (ou "verre"), à votre avis? »

Micheline Goyette

Compton

Merci pour votre question, car j'aime bien remettre les pendules à l'heure avec toutes ces prétendues colles qui polluent la toile et les fils de nouvelles Facebook.

La réponse est simple : on ne peut pas écrire « les deux vers » ni « les deux verres », encore moins « les deux ver(re)s ». Il faut écrire : « J'ouvre les deux mains et le ver et le verre tombent. »

J'irai encore plus loin. Imaginons qu'à la place du ver et du verre, vous teniez plutôt un moule à gâteau dans une main et une moule des Maritimes dans l'autre. Les deux mots s'écrivent exactement de la même façon... Pourrez-vous alors écrire que « les deux moules tombent »?

Eh non! Pas davantage!

Lorsque l'on place un adjectif numéral devant un nom (les cinq doigts de la main, les dix commandements, les cent pas), ce n'est pas parce que ces noms s'écrivent de la même façon ni parce qu'ils sont homophones, mais bien parce qu'ils désignent exactement la même réalité. Or, un verre et un ver, ou un moule et une moule sont deux réalités totalement différentes, même s'ils ont la même orthographe ou le même son.

Autrement dit, quand on dénombre les choses, c'est parce que ces choses sont pareilles.

Supposons que vous ayez quinze cartes géographiques et trente cartes à jouer. Si quelqu'un vous demande combien vous avez de cartes et que vous répondez quarante-cinq, il aura le sentiment, justifié, que vous vous payez sa tête.

Bref, il s'agit d'une fausse colle. Remarquez, je n'ai rien contre ces petits textes qui nous font prendre conscience des paradoxes et exagérations de la langue, mais il faudrait, à tout le moins, qu'ils n'inventent pas de faux problèmes.

J'ai oublié comment on appelle un mot qui peut se lire dans les deux sens. Exemple : Laval

Jacques Custeau

Sherbrooke

Il s'agit d'un palindrome. Le mot vient du grec palindromos, « qui court en sens inverse ». Palin veut dire « en sens inverse », et dromos, « courir ».

Notez qu'il y a des mots palindromes (ressasser, kayak, radar, rêver), mais aussi des phrases, segments de phrases et même des textes complets! Beaucoup de gens s'amusent d'ailleurs à en imaginer. Par exemple, le palindrome de Saint-Gilles de Pol Kools compte 2119 mots.

En voici quelques-uns, mais fouillez la toile, vous en trouverez bien davantage.

Élu par cette crapule (Duchamp)

Engage le jeu que je le gagne!

Ésope reste ici et se repose.

Perles de la semaine

Quelques perles de l'autofellation... DE L'AUTOCORRECTION!

J'aurai un peu de retard, le temps de finir avec mon client et j'arrive.

J'aurai un peu de retard, le temps de finir avec mon clitoris et j'arrive.

Je me suis fait tatouer un bel hercule dans le dos.

Je me suis fait tatouer un bel herpès dans le dos.

Ça te dérange qu'on soit seulement amis?

Ça te dérange qu'on soit sexuellement amis?

J'adore le parc des Buttes Chaumont.

J'adore le parc des bittes Chaumont.

Salut copinou, on se voit bientôt?

Salut vomi ou, on se voit bientôt?

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer