Manque de peau

Encore une belle trouvaille de Caroline Gallichand, de Magog. Il s'agit d'un... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore une belle trouvaille de Caroline Gallichand, de Magog. Il s'agit d'un carton publicitaire que l'on retrouve souvent sur les tables des bars... et qui a dû être imprimé des milliers de fois sans que personne s'aperçoive qu'il manquait un e à l'adjectif « peaufinée ».

La première personne à s'en rendre compte (en supposant qu'il y en a eu une) a dû virer au vert assez rapidement. Dans ces cas-là, soit on réimprime tout (avec la facture qui vient avec), soit on laisse aller et on risque de se retrouver dans les chroniques de perles...

Maintenant, pourquoi le verbe « peaufiner » ne s'écrit-il pas « paufiner »? Parce qu'il vient véritablement de « peau fine ». Se peaufiner, anciennement, c'était faire une toilette très soignée. Le verbe a fini par signifier « parfaire, apporter un soin minutieux ».

 

Ne manquez pas la chronique Séance d'orthographe désormais publiée tous les samedis dans La Tribune.

Vous avez croqué des perles de toutes sortes? Vous pouvez nous les faire parvenir à l'adresse suivante : steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer