Maître écoresponsable

Daniel Lamoureux... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Daniel Lamoureux

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Ham-Sud) Actif dans son milieu, préoccupé par l'écologie et faisant preuve par ses gestes et ses actions d'une attitude écoresponsable exemplaire, Daniel Lamoureux demeure un homme d'affaires averti. En 2014, son auberge, La Mara, reçoit son classement «écoleader» et remporte le prix Or de l'agence Trip Advisor pour son volet écoresponsable.

La route a été longue avant de se rendre jusqu'à Ham-Sud pour le propriétaire de l'auberge La Mara depuis 20 ans. Il a d'abord possédé deux restaurants à Montréal en plus d'être le chef exécutif de l'auberge Le Fenil à Eastman. Pendant ce temps, il a mis la main sur des terrains pour avoir un havre de repos à Ham-Sud en 1979. Puis en 1994, il achète une maison ancestrale voisine de plus de 150 ans, procède à des agrandissements avec le projet d'y créer une auberge, délaissant du même coup ses occupations antérieures.

«Avec une architecte, le projet a été élaboré à partir de trois bâtiments, la maison datant de 1834, la grange et la maison Darveau, le tout devenant La Mara. La construction est faite de matériaux récupérés et recyclés à 90 %. Tout cela est fait selon ma philosophie, mes convictions personnelles voulant que nous soyons dans une société de consommation à outrance, que beaucoup de matériaux sont perdus inutilement. Ça n'avait tout simplement pas d'allure de détruire des bâtiments ancestraux alors que l'état général permettait une récupération».

Au fil des ans, l'endroit a été rendu le plus convivial possible, confortable pour la clientèle et un restaurant s'est ajouté. «Le concept du restaurant est axé sur l'utilisation de produits locaux, favorisant l'économie locale. Ça fait 20 ans que je travaille ainsi, 90 % de ce qui est servi chez nous est constitué de produits locaux. Nous cultivons aussi dans nos jardins nos fleurs comestibles, fines herbes, laitues et plusieurs légumes, une garantie de fraîcheur et de qualité», précise-t-il.

Avant d'ouvrir l'auberge et son restaurant, Daniel Lamoureux a visité plusieurs auberges et gîtes touristiques afin d'établir son idéal d'auberge campagnarde, y analysant qualités et défauts. «Je voulais un lieu convivial, facilitant les rencontres, où les gens seraient à l'aise comme chez eux, évoluant dans le simple chic, comme on me le mentionne à l'occasion». L'endroit est d'ailleurs ceinturé de magnifiques jardins, plans d'eau, et sentiers boisés sur un domaine privé de 10 acres. «Nous avons à l'auberge une charte environnementale, ce qui est très important pour nous et nous demandons à notre clientèle d'y contribuer.»

Daniel Lamoureux préside depuis deux ans le Comité touristique de la région des Sources. «On ne se contente pas dans notre organisation de faire du marketing touristique, on y crée des évènements dont le circuit Saveurs et Savoir-faire des Sources, axant également notre action sur l'agrotourisme, puisque chez nous, nous avons une grande diversité de produits et que notre territoire est avant tout rural.» Il compte d'ailleurs continuer à s'investir dans le développement touristique et économique de la MRC des Sources.

«Le tourisme est associé à l'économie comme le développement durable est indissociable au développement social et économique. Quand on parle de tourisme, on oublie souvent que le tourisme est la deuxième plus grosse ressource d'économie mondiale.»

Parmi les implications de notre Mérite estrien, soulignons que Daniel Lamoureux siège sur la corporation de développement du parc régional du mont Ham, a été conseiller municipal du village de Ham-Sud, s'est impliqué dans la mise en place de la bibliothèque et de la corporation de développement de cette localité. «Sans en faire un drame, je déplore toutefois la disparition dans le coeur d'Ham-Sud de l'église et de l'ancien hôtel de Ville, des bâtiments qui auraient pu être sauvegardés.»

Très heureux présentement, Daniel Lamoureux ne changerait pas de vie, comblé par la rencontre des gens qui viennent à son auberge tout simplement se détendre ou prendre des vacances, ce qui se prête à une atmosphère très agréable dans laquelle il évolue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer