La réussite en trois volets

Réal Létourneau... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Réal Létourneau

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Au cours de ses études universitaires, Réal Létourneau lit un texte qui le marquera. « Alfred Rouleau, le président du Mouvement Desjardins de l'époque, avait écrit que la vie était séparée en trois segments : notre vie familiale, notre vie professionnelle et notre vie de citoyen. Ça m'avait frappé et je m'étais dit que j'allais m'investir dans les trois pour tenter d'en faire un succès. »

À l'heure des bilans, après 40 ans de mariage et presque autant d'années au sein de la même firme comptable, celui qui est reconnu autant pour sa carrière en fiscalité que pour son implication dans divers organismes économiques, communautaires, culturels et sportifs peut se féliciter pour l'ensemble de son parcours. Un trajet empreint de loyauté.

Il grandit dans l'Est de Sherbrooke entouré d'amis qui font toujours partie de son entourage aujourd'hui. Jeune enfant sportif, il excelle aussi sur le plan académique même s'il est très turbulent. « À l'école, j'ai passé beaucoup de temps dans le corridor, se souvient-il en riant. Mais j'avais une capacité d'apprentissage naturelle accouplée, je crois, d'une bonne curiosité intellectuelle. »

Il rêve de devenir gardien de but dans la Ligue nationale de hockey, mais un accident change ses plans. À l'âge de 11 ans, une rondelle fracasse son masque et cause une perte partielle de sa vision de l'oeil gauche.

Quelques années plus tard, à 14 ans, sa vie est chamboulée par le décès prématuré de son père. « À l'époque, ma mère ne savait pas faire un chèque, venait tout juste d'apprendre à conduire et devait maintenant se trouver un emploi. Ma manière de prendre soin d'elle a été de ne pas lui causer de trouble. Alors, je passais beaucoup de temps sur les plateaux sportifs », raconte-t-il.

Le sport demeure un élément important de son quotidien et il jouera dans des équipes de haut niveau, tant au hockey qu'au baseball, jusqu'au moment où il entreprend son baccalauréat en administration.

Il s'inscrit d'abord en management, mais c'est un diplôme en comptabilité qu'il accroche finalement au mur de son bureau. « Après deux, trois semaines, je trouvais qu'on était un petit peu dans les nuages. Mon côté rationnel fatiguait. On m'a suggéré de transférer en comptabilité, mais finalement la vie m'a ramené au management par la bande », explique celui qui a terminé récemment son mandat de 16 ans à la barre des bureaux régionaux de Raymond Chabot Grant Thornton.

Au cours de ce mandat, l'équipe de RCGT Cantons-de-l'Est est passée de 125 à 250 employés et le chiffre d'affaires a également doublé. Les bureaux de Bromont, Drummondville, Magog et Lennoxville se sont ajoutés et ceux de Coaticook et Granby ont augmenté leur présence sur leur territoire.

Réal Létourneau est reconnaissant envers ses mentors Nil Allaire et Fernand Beaudoin sans lesquels il n'aurait pas connu la même carrière. « La plus grande réalisation est de voir la force de l'équipe et de savoir que l'équipe qui suit celle de ma génération est aussi solide que la précédente. Au-delà des chiffres et de mes réalisations personnelles, l'important est que la firme demeure un leader dans sa communauté. C'est ce que j'ai appris de mes prédécesseurs et tenté de transmettre à ceux qui suivent », explique celui qui a gardé du sport l'esprit d'équipe.

Dans l'adversité, Réal Létourneau a toujours regardé vers l'avant. « On ne peut rien faire sur le passé. Il ne peut que servir de leçon. Je n'ai jamais gratté le bobo. Pour moi, c'est inutile. »

Et ce qu'il voit aujourd'hui en regardant droit devant? « Sur le plan personnel, on rêve de santé et d'une famille qui demeure unie et heureuse. En fait, je souhaite que ma famille, l'équipe de Raymond Chabot et la communauté sherbrookoise puissent continuer de grandir. »

REPÈRES

Né le 4 juin 1953 à Sherbrooke;

Marié à Nicole Lemay depuis 1975, père de trois garçons et bientôt grand-père pour la neuvième fois;

Il a siégé à plusieurs comités de RCGT à l'échelle nationale et à plusieurs conseils d'administration d'organismes sherbrookois;

Ambassadeur de la faculté d'administration au Gala du rayonnement de l'UdeS en 2015;

Grand Borroméen, Séminaire de Sherbrooke en 2008;

Grand Estrien, Chambre de commerce de Sherbrooke en 2006.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer