• La Tribune 
  • > La foi qui construit une église 

La foi qui construit une église

Martial Chamberland... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Martial Chamberland

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Christine Bureau</p>

(Windsor) L'idée de reconstruire une église en un peu plus d'un an aurait pu tenir du rêve. Mais grâce au travail acharné de Martial Chamberland et du Comité de reconstruction de l'église SaintPhilippe, ce souhait est devenu réalité.

En mai 2013, un incendie a ravagé le lieu de recueillement et de rassemblement des paroissiens de Saint-Philippe. Il ne restait presque plus rien de sa structure d'origine. Mais ce tragique accident n'a pas suffi à éteindre la foi des paroissiens, encore moins celle de Martial Chamberland. En décembre dernier, la messe de minuit a été célébrée dans une église toute neuve, le fruit de plus d'une année de travail. Martial Chamberland avait accompli sa mission de reconstruction. « Tout le monde me disait que ce n'était pas possible. Mais moi, je savais que c'était possible parce qu'on avait construit une usine de 1,25 milliard $ en deux ans. Je me suis dit : si on n'est pas capable de construire une église de 1,6 million $ en un an, ça va mal notre affaire », mentionne-t-il, en réfé- rence à Domtar. C'est d'ailleurs à cette usine qu'il a travaillé durant 47 ans, où il a été directeur des services d'entretien. « Je savais que j'étais la bonne personne pour mener ce projet à terme grâce aux compétences que j'avais acquises », admet-il humblement. Fort de son expérience, Martial Chamberland s'est donc lancé avec enthousiasme dans le projet de reconstruction de l'église en septembre 2013. Il a commencé par établir ses priorités et ses objectifs. Sa maison est devenue un petit bureau des opérations. Chez les Chamberland, on se levait tôt pour travailler sur la reconstruction de l'église SaintPhilippe. Au point où sa conjointe et fidèle complice, Marie-Paule, est elle aussi embarquée dans le projet de reconstruction de l'église.

Malgré un plan de travail structuré, Martial Chamberland a dû faire appel au fameux système « D », celui qui requiert bien de la débrouillardise. Ce n'était pas tout de reconstruire l'église; il fallait également la financer. Le Comité avait besoin de trouver un million de dollars auprès de la communauté. En parallèle, Martial Chamberland et son équipe se sont promenés un peu partout au Qué- bec afin de récupérer tout ce qui pourrait servir dans leur future église. Car si Windsor faisait tout son possible pour reconstruire son église, d'autres communautés à travers le Québec devaient fermer la leur. Ainsi, les cloches que les paroissiens entendent maintenant chaque jour proviennent de SaintPascal de Kamouraska. Il a fallu les transporter et, pour les remettre en bon état, M. Chamberland a dû user de ses bons contacts. L'autel vient d'une communauté religieuse de Saint-Hyacinthe tandis que l'orgue Casavant vient de l'église Notre-Dame-de-Fatima, à Lac-Mégantic. Le Salon du pardon est en fait un confessionnal de Granby et même la croix de l'église est une idée de Martial Chamberland. C'est lui qui l'a fabriquée de ses mains à partir des rampes extérieures en acier inoxydable de l'ancienne église, symbole du temps et de l'amour qu'il a mis dans la reconstruction de cette église. « Ce qui nous aidait, c'est que les gens étaient très engagés », insiste-t-il. Le terrassement, par exemple, a été fait par des bénévoles. Le ménage et l'aménagement de l'église aussi. Et que pense-t-il du résultat final? « C'est magnifique. Elle est vraiment belle! De la façon dont elle est faite, tu as l'impression de faire partie de la messe », estime-t-il. Maintenant que l'église SaintPhilippe a retrouvé sa place au coeur de la paroisse, Martial Chamberland peut retourner à sa retraite. Mais ne comptez pas sur lui pour rester les bras croisés trop longtemps. « Je fais du béné- volat depuis les années 1960. Je me suis toujours dit : j'ai mené une bonne vie. J'ai été chanceux. Pourquoi ne pas en faire profiter les autres? »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer