Cultiver par en avant

Diane Goyette... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Diane Goyette

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Compton) Fin des années1970, Diane Goyette délaisse le confort de son poste de documentaliste au CÉGEP de Sherbrooke afin de «s'exiler» à Compton, sa nouvelle terre d'adoption. Comme elle, nombreux sont ces néo-Comptonois qui ont été séduits par le goût de travailler au milieu de la beauté des paysages comptonois et de prendre racine dans ses terres fertiles.»

Ici on ne bâtit sur pas sur de l'artificiel, on ne fait que renchérir ce qui existe déjà», affirme Diane. Sur les pentes vallonneuses de la campagne comptonoise, elle et son conjoint s'improvisent agriculteurs et décident de planter des pommiers nains, une première en région. Ainsi naît le Verger Le Gros Pierre. «Quand j'y repense, je trouve ça tellement téméraire, partage la pomicultrice avec un sourire. Ma mère m'a toujours dit que j'étais tenace et que j'avais la tête dure. Je ne pense pas qu'elle me disait ça pour me faire un compliment... et pourtant.»

Trois décennies plus tard, Diane continue d'avancer. «Je m'étais dit qu'après dix ans j'allais faire autre chose. Mais en agriculture on ne fait pas un métier, on en fait 20, c'est sans doute pourquoi j'ai persisté.» En fait, après l'apprentissage de la pomiculture, la vente et la mise en marché, suivront un centre d'interprétation de la pomme, le premier au Québec, les produits transformés avec l'achat d'une presse à jus, l'aménagement d'une cuisine et d'une boutique, ainsi que l'ouverture d'une crêperie, sans compter les nombreuses activités organisées tout au long de la saison. Aujourd'hui le verger compte 8000 arbres, incluant près d'une vingtaine de variétés de pommes. «Le succès, ce n'est jamais l'affaire d'une seule personne», rappelle toutefois Diane, «la fille d'équipe» pour qui l'amour du travail bien fait et des gens se reflète dans tout ce qu'elle fait. À preuve, les Comptonales.

L'événement agroalimentaire célèbrera cette année son 10e anniversaire après avoir décroché en 2014 une médaille d'or dans le cadre des Grands prix du tourisme québécois. À sa tête, la cofondatrice et présidente, Diane Goyette. «Notre objectif de départ était de créer un événement festif de grande qualité et nous avons réussi. Mais je pense que les Comptonales ont contribué du même coup à accentuer les liens existants déjà entre les producteurs», partage Diane.

«Ma mère m'a toujours dit que j'étais tenace et que j'avais la tête dure. Je ne pense pas qu'elle me disait ça pour me faire un compliment... et pourtant.»

Or, si les Comptonales proposent de découvrir sept destinations gourmandes réparties à travers la municipalité, l'idée de regrouper les producteurs fait lentement son chemin. «L'an dernier nous avons décidé de mettre sur pied un marché public de soir. Dès le premier jeudi, la population de Compton l'a adopté, c'était ça notre objectif», déclare Diane avec fierté. Dès sa deuxième année, le marché public devrait définitivement s'enraciner au coeur du village, puisqu'on prévoit aménager des installations permanentes.

L'an dernier, Diane Goyette a accédé à une semi-retraite en passant le flambeau à son associé depuis 2002, Gaétan Gilbert. Une des passions du jeune entrepreneur, la pomme de demain, a permis au Verger Le Gros Pierre de se démarquer une fois de plus par une offre de pommes inédites au goût unique. «L'important lorsque tu as une idée, c'est de la réaliser en premier, affirme Diane. C'est pourquoi je ne me sens jamais menacée par la compétition. Elle suit derrière et s'essouffle à vouloir te rattraper, alors que toi, tu es déjà rendu ailleurs.»

Originaire de Magog, elle a adopté Compton en 1976 et se dit fière d'être Comptonoise;

Trilingue, elle parle aussi couramment l'anglais et l'espagnol;

Dévoreuse de livres, consacre beaucoup de temps à la littérature québécoise, américaine et cubaine;

Voyageuse assidue et passionnée, son carnet de voyage comprend des destinations telles que France, Mexique,

Pérou, Bali, Espagne, Cuba, États-Unis, Canada et Hollande, compte bientôt y ajouter Grèce et Italie;

Sa pomme préférée est la pomme de demain, Québec 370, une pomme jaune orangé au goût de muscat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer