• La Tribune 
  • > Même Microsoft n'est pas à l'abri d'une traduction bâclée 

Même Microsoft n'est pas à l'abri d'une traduction bâclée

Même un géant de l'informatique comme Microsoft n'est pas à l'abri d'une... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

Même un géant de l'informatique comme Microsoft n'est pas à l'abri d'une traduction française bâclée, a constaté Simon Castonguay, de Sherbrooke.

Pour accompagner sa tablette Microsoft Surface Pro 3, il a en effet reçu un clavier de marque Type Cover, qui sert aussi de couvercle, puisqu'on peut le rabattre sur la tablette, tel un ordinateur portable conventionnel. Le clavier a donc à la fois un rôle de dactylographie et une fonction de protection pour l'écran de la tablette.

Maintenant, comment traduire ce concept correctement? Sûrement pas par « Clavier Type » comme sur cette étiquette, résultat d'une confusion entre le mot « type » et le verbe « to type » (taper).

Littéralement, « type cover » veut dire « couvercle à taper », ce qui est effectivement le cas, mais ici, la fonction première de l'objet est de servir de clavier, non de couvercle. C'est un clavier auquel on a ajouté une deuxième fonction utilitaire.

On peut donc y aller avec une traduction plus conventionnelle comme « clavier-couvercle ».

 

Ne manquez pas la chronique Séance d'orthographe tous les vendredis dans La Tribune.

Vous avez croqué des perles de toutes sortes? Vous pouvez nous les faire parvenir à l'adresse suivante : steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer