Avoir deux grandes familles

Caroline Sévigny... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Caroline Sévigny

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Que faire avec une pomme bossée, une banane trop mûre, un pain vieillissant? Direction le compost? Que non! CarolineSévigny peut prendre tous ces ingrédients et les transformer en véritables petits miracles qui iront combler des ventres creux.

Caroline Sévigny, une maman de huit enfants, est cuisinière chez Moisson Estrie. Mis en place depuis bientôt deux ans, le service de la cuisine a été pensé pour diminuer de façon importante les aliments offerts à l'organisme et qui finissaient au compost. «On ne pouvait pas donner des bananes trop mûres en disant aux gens de se faire un pain aux bananes! Les gens n'ont pas nécessairement les connaissances pour le faire, et souvent, ils n'ont pas les ingrédients de base. Si tu n'as pas de farine, tu ne peux pas te faire un pain aux bananes», explique Mme Sévigny.

«Chaque matin, c'est comme si j'ouvrais un cadeau différent : je ne sais pas de quoi ma journée sera composée!»

Caroline Sévigny sait donc faire des miracles à partir de rien... ou presque rien.

«Ce travail représente la continuité de ce que je faisais chez moi. Quand on a une famille nombreuse, on ne roule pas sur l'or, alors on devient bon pour faire de bonnes choses avec presque rien!»

Décidément, cette femme adore son boulot. «Chaque matin, c'est comme si j'ouvrais un cadeau différent : je ne sais pas de quoi ma journée sera composée! Qui n'aimerait pas ouvrir un cadeau tous les matins?»

Sa surprise quotidienne se compose en deux temps. Premièrement, Mme Sévigny ignore quels seront ses ingrédients, qui varient en fonction des arrivages à Moisson Estrie. Deuxièmement, c'est une surprise parce qu'elle ne cuisine pas seule, loin de là : chaque jour, jusqu'à cinq personnes viennent se joindre à elle pour cuisiner. Ces gens ont des dossiers à Moisson Estrie pour toutes sortes de raisons. Ils arrivent à 9 heures et s'installent pour popoter tout l'avant-midi. À midi, ils mangent ce qu'ils cuisinent et apportent des restes à la maison.

«Certaines personnes sont très rapides, d'autres sont plus lentes ou ont des limitations, et c'est bien correct comme ça : je dois m'ajuster à chaque personne», assure-t-elle, des étoiles dans les yeux.

Une fois que toute sa grande famille de Moisson Estrie est nourrie, Caroline Sévigny rentre chez elle et prend soin d'une autre grande famille : la sienne! En effet, elle est maman de sept enfants et veille aussi sur le fils de son conjoint qui habite avec eux. Huit enfants de 22 à 2 ans partagent donc son nid.

«J'aime l'ambiance que ça crée d'avoir une grande famille. Ça fait des enfants qui ne sont pas égoïstes! Quand ma petite fille de deux ans rentre dans la chambre de sa grande soeur de 15 ans, elle ne la chasse pas comme bien d'autres enfants le feraient, elle en prend soin», illustre la maman, toute fière.

La vie n'a pas toujours été facile pour la mère de famille. En 2009, elle a même traversé des moments sombres, très sombres même. Elle-même a fait appel à Moisson Estrie quelques fois pour nourrir sa marmaille. Puis tout s'est éclairci enfin. La vie a repris ses couleurs.

«La vie m'a donné une deuxième chance et j'en profite, je tiens à cette deuxième chance!» s'exclame en souriant cette femme au grand coeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer