La générosité inspirante

Julie Roy... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Julie Roy

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

Avec le temps, Julie Roy a pu constater avec bonheur que le bénévolat est un cercle vicieux et qu'il est même contagieux.

« Plus on s'implique et plus on donne, dit-elle dans un grand sourire, plus on a le goût de donner et de trouver du temps pour s'impliquer. »

On ne trouvera pas accolée à son nom une longue liste de titres et de récompenses. N'empêche que la dame oeuvre dans l'ombre depuis plusieurs années, avec un net élan du coeur pour la Fondation du CHUS.

« C'est tellement gratifiant de voir le bonheur qu'on peut créer, lance-t-elle. Je pense que c'est ma récompense. Et c'est un juste retour d'ascenseur à ce que j'ai moi-même reçu. »

Julie Roy est la partenaire de vie et d'affaires de Roger Héroux, coprésident du plus gros tournoi de golf-bénéfice de la région, celui de la Fondation du CHUS. Voilà 17 ans que le couple ne compte pas ses heures - avec plusieurs autres bénévoles précisons-le - pour la réussite de cet événement.

« Nous, la Fondation du CHUS, on y croit beaucoup, dit Julie Roy. Et même si je n'ai jamais été dans le comité officiel du tournoi de golf, j'aide beaucoup les différents comités. »

Au printemps 2013, elle a également eu une idée pour faire encore un peu plus : un livre des recettes coup de coeur d'une centaine de personnalités de la région qu'elle a intitulé « Cuisinons pour la Fondation du CHUS ».

« À la base, raconte-t-elle, je pensais pouvoir amasser 40 000 $. Or on est rendu à tout près de 130 000 $, grâce à de beaux commanditaires et à des gens qui ont été très généreux. »

Des 3000 exemplaires du livre de recettes, il en restait tout juste 500 ou 600 à vendre au moment de l'entrevue...

« Ce projet a fait boule de neige, ajoute Mme Roy avec satisfaction. Même ma mère est venue vendre des livres de recettes dans le mail du Carrefour! Et beaucoup m'ont dit, après avoir vu le livre, qu'ils auraient bien voulu en faire partie. (...) C'est sûr qu'il va y avoir un deuxième projet du genre. Ça mijote... »

Le défi a pourtant été grand et les échéanciers serrés pour réunir les personnalités, compiler les recettes, planifier les séances de photo et faire imprimer l'ouvrage à temps pour la saison des cadeaux de Noël. « Je suis une personne déterminée », lance Mme Roy, visiblement fière de pouvoir dire mission accomplie au premier projet bénévole qu'elle embrassait « officiellement ».

De quoi rendre fier aussi papa Roy qui a initié très jeune sa marmaille à l'importance de donner.

« Je viens d'une famille où on a appris très jeune que donner était aussi agréable sinon plus que de recevoir, témoigne Julie Roy. Mon père avait une boulangerie à Magog et il était beaucoup impliqué dans la communauté. Il offrait du pain à bien des gens. Il nous amenait même dans des familles quand on était toutes petites pour nous sensibiliser à la réalité des plus démunis. Je pense qu'on nous a inculqué jeune l'importance de donner. »

Aujourd'hui, c'est à son tour d'inspirer l'autre génération.

Et elle y réussit avec éclat dans le cas de sa petite-fille Alice, qui a eu l'idée de cuisiner des biscuits pour aider Leucan dans sa mission auprès des enfants atteints du cancer.

« On a toujours fait des blagues quand on cuisinait ensemble. On disait qu'on avait une compagnie de biscuits et Alice rêvait qu'on se fasse un kiosque pour en vendre. » Un jour qu'Alice avait entendu parler du rase-o-thon de Leucan, le déclic s'est fait. Plutôt que de sacrifier ses cheveux, Alice et grand-maman allaient vendre des biscuits pour aider la cause. « Au début, notre objectif était d'amasser 500 $ mais on a réussi à amasser 1500 $. À faire des biscuits, et à vendre des biscuits! En un été! On peut dire que ç'a été un projet très rassembleur. »

« Il y a tellement de gens généreux qui donnent, mais des fois c'est de donner du temps qui est plus difficile, estime Julie Roy. Alors si je peux être un petit élément déclencheur et que des gens en lisant mon histoire aient le goût de s'impliquer, alors je veux bien qu'on en parle... »

Native de Magog;

En couple et en partenariat d'affaires avec Roger Héroux depuis une vingtaine d'années;

Partenaire ou associée des magasins Sports Experts du Carrefour de l'Estrie, Éconosports, Hockey Experts et Atmosphère;

A enseigné l'éducation physique pendant 18 ans dans des écoles de la Commission scolaire de la Régionde- Sherbrooke;

Grand-maman de Alice, 8 ans, et Elliot, 5 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer