Un espace de possibilités

Joanna Bateman... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Joanna Bateman

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après trois ans d'études en sociologie et philosophie à l'Université Bishop's, Joanna Bateman décide de mettre en pratique la théorie apprise sur les bancs d'école.

«J'avais un bac en sociologie, maintenant je souhaitais participer à un projet d'expérimentation. On savait que la société vivait des changements. Nous étions en 2008 et l'économie était sur le point de s'effondrer. On souhaitait expérimenter une économie alternative et on s'est posé la question à savoir si une communauté pouvait exister en dehors du système monétaire», explique la jeune femme qui a mis sur pied en 2008, avec son amie Alanna Fernandes, le projet Tierra del Fuengo.

L'expérience devait durer un an, mais sept ans plus tard, elle évolue toujours. Elle a même mené à la fondation en 2013 de L'Espace 100 noms, un resto-boutique écoresponsable.

Tierra del Fuengo et L'Espace 100 Noms, ce sont des lieux d'échange et d'apprentissage. Des endroits où des repas communautaires sont préparés et des ateliers de bricolage ou des soirées de cinéma politique sont organisés. C'est aussi une philosophie basée sur l'engagement social, la saine utilisation des ressources, le partage et la valorisation du potentiel de chacun.

«À l'université, il y avait beaucoup d'activités sociales qui incluaient la consommation d'alcool, j'appelle cela la culture d'intoxication. Mais il y avait peu d'options pour les jeunes qui ne voulaient pas juste faire cela. Le projet visait à créer un nouvel espace pour développer ces liens entre les étudiants qui veulent socialiser de façon créative et constructive» ajoute Mme Bateman.

À travers ces initiatives, Joanna a également permis d'établir un pont entre l'Université Bishop's et les l'Association des Townshippers, entre les étudiants et la communauté de Lennoxville.

«Les étudiants sont à Lennoxville pour trois à cinq ans et pendant ces années, ils peuvent s'impliquer bénévolement. Souvent cette implication demeurait sur le campus alors on a souhaité qu'elle déborde dans la collectivité locale», relate la jeune femme de 28 ans précisant que Tierra del Fuengo a notamment collaboré avec les organismes comme Ressources Maman-Enfants et l'Association des Townshippers. Tierra del Fuengo et L'Espace 100 noms collaborent également avec la Modern Language Association de l'Université Bishop's pour l'organisation d'ateliers de cuisine culturelle au cours desquels les gens concoctent des recettes en parlant italien, espagnol, japonais ou allemand.

Depuis sa création en 2008, Tierra del Fuengo a eu plusieurs impacts positifs dans la communauté et servi des centaines de personnes. Cette initiative a conscientisé plusieurs personnes à leur capacité et a permis à beaucoup de jeunes de voir un sens à leurs études.

«L'impact sur les individus est énorme. J'ai des étudiants qui allaient décrocher de l'école et qui sont maintenant avocats, professeurs et médecins parce qu'ils ont trouvé leur potentiel, un sentiment d'être utile, d'avoir un but avec nous. Un étudiant qui était toujours sur le party a été renvoyé de l'université. Un an plus tard, il est revenu et, avec nous, il a trouvé un moyen de dépenser son énergie de façon constructive. Il est devenu un de nos grands bénévoles et a obtenu son diplôme avec distinction», souligne-t-elle.

Au fil des ans, Mme Bateman et son équipe ont toujours mis l'accent sur l'exploration d'un mode de vie socioécologique en reconnaissant les pouvoirs de réduire, réutiliser et recycler nos déchets et en repensant l'utilisation des ressources.

«Dans une société d'abondance, nous avons tenté de réduire le gaspillage. Par exemple, tous nos repas sont préparés avec les surplus de fermes biologiques grâce à la collaboration de la Ferme Mange-Tout et des Jardiniers itinérants», lance celle qui a aussi contribué à l'initiative «Ride on/ça roule» ayant pour objectif de promouvoir le cyclisme comme mode de transport.

«On est un espace qui n'offre pas des solutions, mais beaucoup de possibilités. Chaque fois qu'une nouvelle personne se présente, ça me touche. On était là pour un an, mais la communauté nous a invités à rester, c'est une grande fierté», conclut celle qui repense le monde.

Née à Montréal le 9 janvier 1986; Études en sociologie et philosophie à l'Université Bishop's de 2005 à 2008;

Cofondatrice avec Alanna Fernandes de Tierra del Fuengo, un projet communautaire qui existe depuis 2008

à Lennoxville;

L'Espace 100 Noms est né en 2013 du projet Tierra del Fuego;

Cofondatrice de l'initiative « Ride on/ça roule » ayant pour objectif de promouvoir le cyclisme comme

mode de transport;

Lauréate du concours Je prends ma place! Organisé par le Forum jeunesse Estrie en 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer