• La Tribune 
  • > Misteur Valaire dans le Motel électronique 

Misteur Valaire dans le Motel électronique

Ça va bien pour les cinq gars de Misteur Valaire. Il faut croire que le... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

 

Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) Ça va bien pour les cinq gars de Misteur Valaire. Ils ont fait un tabac au dernier Festival de jazz de Montréal. Ils retournent promener leur originale musique en Europe en mai. Ils signent la musique du documentaire Over my Dead Body, de Brigitte Poupart. Et les rythmes déjantés de leur plus récente galette, Golden Bombay, ont séduit l'Adisq, qui leur décernait le prix de l'Album électronique de l'année lors de son dernier gala. Sans s'asseoir sur leurs lauriers, ils auraient pu surfer sur ce succès-là, point. Mais non. Ce n'est pas dans leur ADN. Il faut croire que le quintette originaire de Sherbrooke carbure à l'exploration et au défrichage d'horizons neufs.

Mardi, les cinq comparses laisseront donc le chic Misteur Valaire et ses instruments au vestiaire pour enfiler des fripes douteuses tirées des années 80 et 90. Dans ce qu'elles ont fait de pire, il faut bien le dire.

La transformation sera franche, ne laissera place à aucune ambiguïté : lorsqu'ils se costument ainsi, les cinq Sherbrookois deviennent Qualité Motel, un groupe parallèle cent pour cent électro dans lequel ils se permettent d'arpenter d'autres sentiers musicaux.

Mardi soir, donc, ils seront au Tapageur de Sherbrooke pour lancer Motel Californa, leur premier cédé en tant que Qualité Motel, une formation qui ne manie aucun instrument, mais qui s'amuse ferme avec les rythmes, les sons, l'échantillonnage et le bidouillage électronique.

« S'il y a un point commun entre Misteur Valaire et Qualité Motel, c'est le côté festif et dansant. Sinon, c'est complètement autre chose, ce qui fait que les deux groupes peuvent coexister, voire se compléter. Qualité Motel nous donne la possibilité d'aller ailleurs sans contrainte et de beurrer épais. On s'en permet beaucoup, à travers cette formation-là, et c'est ce qui fait la beauté de l'affaire. On n'est pas à toujours se demander s'il faut peaufiner encore; on y va à l'instinct «, explique Louis-Pierre Phaneuf, alias Luis Clavis.

Qualité Motel

Lancement de Motel Califorña

Resto-bar Le Tapageur

Mardi, à 17 h

Tous les détails à lire dans La Tribune de samedi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer