Syrie: 18 morts dans de nouveaux bombardements sur la Ghouta

Lundi, des frappes aériennes et des tirs d'artillerie... (Photo ABDULMONAM EASSA, Agence France-Presse)

Agrandir

Lundi, des frappes aériennes et des tirs d'artillerie du régime sur plusieurs localités ont tué 14 civils, selon l'OSDH, au lendemain de la mort d'au moins 23 personnes dans des violences similaires.

Photo ABDULMONAM EASSA, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Beyrouth

Au moins 18 personnes, dont deux enfants, sont mortes lundi dans de nouveaux bombardements du régime syrien sur la Ghouta orientale, région rebelle proche de Damas où un accord de «désescalade» a pourtant été instauré, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Assiégée depuis 2013 par le régime de Bachar al-Assad, la Ghouta orientale fait partie des quatre zones de «désescalade» mises en place cette année dans certaines régions du pays en vue d'instaurer une trêve.

Malgré cela, le régime a intensifié depuis la mi-novembre ses frappes contre cette région, où quelque 400 000 habitants sont déjà confrontés à de graves pénuries de nourritures et de médicaments.

Lundi, des frappes aériennes et des tirs d'artillerie du régime sur plusieurs localités ont tué au moins 18 civils, selon l'OSDH, au lendemain de la mort d'au moins 23 personnes dans des violences similaires.

D'après l'ONG, qui dispose d'un vaste réseau de correspondants dans le pays, au moins 45 personnes ont par ailleurs été blessées.

Dans une clinique de fortune, installée dans la localité de Douma, des médecins tentaient de leur venir en aide avec les moyens du bord, faisant des bandages et pansant des blessures, selon un journaliste collaborant avec l'AFP.

Sur la vidéo montrant des scènes d'effroi, l'on entendait les lamentations d'une mère de famille mêlées aux gémissements d'un homme se balançant d'avant en arrière sur un lit d'hôpital.

Dans un autre endroit, des corps sans vie étaient recouverts d'un drap bleu clair, des bandelettes de tissu blanc aux chevilles, aux poignets ou à la tête.

Les raids meurtriers qui ont visé la Ghouta ces deux dernières semaines ont fait plus d'une centaine de morts, d'après l'OSDH.

L'intensification des bombardements du régime de Bachar al-Assad sur la Ghouta orientale intervient après une offensive lancée à la mi-novembre par des rebelles contre une base militaire dans le secteur.

En représailles aux frappes du régime, les rebelles ont récemment tiré des obus et des roquettes sur Damas, faisant plusieurs morts.

L'ONU a récemment tiré la sonnette d'alarme sur la situation humanitaire dans la Ghouta, qualifiée «d'épicentre de la souffrance» en Syrie par un responsable onusien.

De nouvelles négociations de paix intersyriennes doivent débuter mardi à Genève sous l'égide des Nations unies.

Déclenché en 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes.

Il a fait plus de 340 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer