Le premier ministre libanais démissionne, dit craindre pour sa vie

La démission du premier ministre Saad Hariri était totalement... (Photo ANWAR AMRO, AFP)

Agrandir

La démission du premier ministre Saad Hariri était totalement inattendue.

Photo ANWAR AMRO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BEYROUTH

Le premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé samedi, à la surprise générale, sa démission en accusant le Hezbollah chiite et son allié iranien de «mainmise» sur le Liban et en disant craindre pour sa vie.

«J'annonce ma démission du poste de premier ministre», a déclaré M. Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire Al-Arabiya basée à Dubaï.

La démission, totalement inattendue, intervient un an après sa nomination. Le puissant mouvement armé du Hezbollah chiite fait partie de son gouvernement.

«Je sens que ma vie est visée», a-t-il dit, affirmant que le Liban vivait une situation similaire à celle qui prévalait avant l'assassinat en 2005 de son père Rafic Hariri, ex-premier ministre. Quatre membres du Hezbollah sont mis en cause dans ce meurtre qui a ébranlé le Liban.

Le Hezbollah est un allié crucial du régime de Bachar al-Assad dans la guerre en Syrie voisine. Il est soutenu par Téhéran et est le seul parti libanais à avoir gardé ses armes après la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990).

Bête noire d'Israël, le Hezbollah refuse d'abandonner son arsenal, principale pomme de discorde dans le pays.

«L'Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (...) Le Hezbollah est le bras de l'Iran non seulement au Liban, mais également dans les autres pays arabes», a dénoncé M. Hariri, un proche de Ryad.

Et «ces dernières décennies, le Hezbollah a imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes», a ajouté le premier ministre démissionnaire, qui lisait son discours derrière un bureau, devant un drapeau libanais.

Le Liban a connu davantage de divisions avec la guerre en Syrie, entre détracteurs et partisans du régime de Damas. M. Hariri est farouchement hostile au régime syrien.

Netanyahu: la peur du Premier ministre libanais, un signal d'alarme 

Le premier ministre israélien Benyamin Néthanyahou a affirmé que la démission de son homologue libanais et les raisons invoquées par ce dernier doivent être «une alarme» à destination du monde sur les ambitions de l'Iran.

Le premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé plus tôt samedi sa démission en accusant le mouvement armé Hezbollah et son allié iranien de «mainmise» sur le Liban. Il a affirmé craindre pour sa vie.

Sa démission «ainsi que ses déclarations sont un avertissement adressé à la communauté internationale pour agir contre l'agression iranienne», a déclaré M. Netanyahu dans un communiqué relayé par son bureau.

Israël assure que le mouvement libanais Hezbollah, qu'il a combattu en 2006, tient les rênes du Liban et cherche à consolider son rôle en Syrie voisine où ses hommes sont alliés aux forces du régime de Damas.

«Cette agression met en danger pas seulement Israël, mais tout le Moyen-Orient», a encore dit le premier ministre israélien.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer