Le président égyptien appelle les Palestiniens à coexister avec Israël

Abdel Fattah al-Sissi devant l'Assemblée générale des Nations... (PHOTO AP)

Agrandir

Abdel Fattah al-Sissi devant l'Assemblée générale des Nations unies, mardi.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a appelé les Palestiniens à s'unir et «à être prêts à coexister» en paix avec Israël, lors d'un discours à l'Assemblée générale des Nations unies.

Parlant au lendemain de son premier entretien officiel avec le premier ministre israélien Benyamin Néthanyahou, le président Sissi a estimé qu'un accord de paix entre Israël et les Palestiniens était «une précondition nécessaire pour l'ensemble de la région», afin qu'elle puisse jouir d'un environnement stable.

L'Égypte a été dans le passé à la pointe des efforts pour rapprocher les mouvements palestiniens antagonistes Fatah, au pouvoir en Cisjordanie, et Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Sortant de son texte initial, Abdel Fattah al-Sissi a indiqué qu'il voulait «dire au peuple palestinien qu'il était important de s'unir... pour dépasser les différences et être prêt à accepter une coexistence avec l'autre, avec les Israéliens, dans la paix et la sécurité».

Le dirigeant égyptien a fait un appel similaire aux Israéliens, soulignant que des décennies de paix israélo-égyptienne pouvaient être étendues aux Palestiniens «pour dépasser la barrière de la haine à jamais». «Nous pouvons répéter cette expérience, cette avancée excellente une fois encore, ensemble avec la paix et la sécurité pour les citoyens palestiniens», a-t-il dit.

L'Égypte, qui a signé un traité de paix avec Israël en 1979, appelle régulièrement à reprendre les négociations de paix israélo-palestiniennes, gelées depuis 2014.

Lors de son discours plus tôt dans la journée, Benyamin Néthanyahou avait assuré qu'Israël était engagé à aboutir à la paix avec tous les pays arabes et avec les Palestiniens, sans dire toutefois comment il pourrait y parvenir.

«Un État indépendant palestinien» avec Jérusalem-Est en capitale est «une précondition nécessaire pour que la région entière entre dans une nouvelle phase de stabilité et de développement», a aussi fait valoir le président égyptien.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer