Les forces irakiennes reprennent trois quartiers d'un des derniers fiefs de l'EI

Plus d'un mois après la reprise au groupe... (PHOTO AFP)

Agrandir

Plus d'un mois après la reprise au groupe djihadiste État islamique (EI) de Mossoul, la deuxième ville du pays, les troupes se sont lancées dimanche à l'assaut de Tal Afar, située 70 km plus à l'ouest, dans le nord irakien.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Ahmad AL-RUBAYE, Paul HANDLEY
Agence France-Presse
Tal Abta

Trois quartiers de Tal Afar, l'un des derniers fiefs des djihadistes en Irak, ont été reconquis par les forces gouvernementales, le jour où le chef du Pentagone Jim Mattis est venu réaffirmer son soutien aux forces irakiennes.

Plus d'un mois après avoir repris Mossoul, la deuxième ville du pays, au groupe djihadiste sunnite État islamique (EI), les troupes se sont lancées dimanche à l'assaut de Tal Afar, située 70 km plus à l'ouest, dans le nord irakien.

Appuyée par l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, l'armée est également soutenue dans sa nouvelle offensive par le Hachd al-Chaabi, unités paramilitaires, la police fédérale et des forces spéciales du contre-terrorisme.

Dans un communiqué, le Hachd al-Chaabi, dominé par les milices chiites, a annoncé avoir repris avec les forces armées «le contrôle complet» des quartiers Al-Kifah, Al-Nour et al-Askari à Tal Afar.

Dès le matin, les forces irakiennes s'étaient regroupées aux portes de la cité avant d'entrer depuis plusieurs fronts dans la ville où, selon des responsables locaux, un millier de djihadistes sont retranchés et se servent des civils encore dans la ville comme de boucliers humains.

Ahmed al-Assadi, porte-parole du Hachd al-Chaabi, a fait état de combats «violents», prédisant que la reprise de Tal Afar ne serait «pas longue». Elle «prendra des semaines», a-t-il dit à l'AFP, alors que la reconquête de Mossoul avait duré neuf mois.

«30 000 civils coincés»

En attendant, environ «30 000 civils sont coincés par les combats» se déroulant dans la ville, selon l'ONU.

Le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) craint qu'ils ne servent de boucliers humains et que les tentatives de fuir la ville ne se traduisent par des exécutions et des meurtres, a rapporté le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric, en réclamant aux belligérants de laisser ces civils quitter la zone des combats.

Lors d'une offensive fulgurante en 2014, l'EI s'était emparé de près d'un tiers de l'Irak mais il a ensuite perdu beaucoup de terrain.

Mais cette organisation ultraradicale, également en perte de vitesse en Syrie, parvient encore à frapper. Elle a revendiqué la semaine dernière les attentats meurtriers en Espagne et en Russie.

La percée dans la ville de Tal Afar est intervenue le jour où M. Mattis rencontrait les dirigeants irakiens à Bagdad, dont le Premier ministre Haider al-Abadi.

Le responsable américain a apporté une nouvelle fois le soutien de son pays à la lutte des Irakiens contre les djihadistes et salué «les villes libérées, les gens débarrassés de l'EI», affirmant que «l'EI est en déroute». 

L'EI «n'a pas encore disparu»

Les djihadistes, a-t-il ajouté, «ont montré qu'ils étaient incapables de tenir tête à nos troupes au combat, et ils n'ont pas regagné un pouce du terrain qu'ils ont perdu». Toutefois, avait-il prévenu avant son arrivée à Bagdad, l'EI «n'a pas encore disparu et cela n'arrivera pas de sitôt».

La «libération» de Mossoul a restauré la confiance dans le pouvoir irakien, a assuré M. Mattis, même si les forces irakiennes ont déploré selon lui «plus de 1200 morts et de 6000 blessés».

Cette victoire, a-t-il dit, n'aurait pas eu lieu «sans la main ferme du premier ministre Abadi qui a reconstitué cette armée, délabrée en 2014». Elle a également été rendue possible grâce aux entraînements fournis par les États-Unis et leur appui militaire.

La poursuite de ce soutien américain doit être fixée avec les responsables irakiens.

Après le retrait en 2011 des troupes américaines restées en Irak depuis l'invasion de 2003, les Américains ont ensuite déployé des centaines de conseillers militaires pour aider le pouvoir face aux djihadistes.

M. Mattis cherche à maintenir des forces pour entraîner les troupes irakiennes et empêcher l'EI de ressurgir, explique Nicholas Heras, expert du Center for a New American Security à Washington.

Mais, prévient-il, il rencontrera la résistance des milices chiites et de l'Iran, un allié du pouvoir irakien et ennemi des États-Unis.

Après Bagdad, le chef du Pentagone s'est rendu à Erbil, où il a eu selon des responsables américains des discussions «très franches» avec Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan.

L'un des premiers défis auquel fait face le gouvernement fédéral irakien est le référendum que le Kurdistan veut organiser le 25 septembre.

Washington s'y oppose fermement car sa tenue «en ce moment pourrait potentiellement être catastrophique pour la campagne anti-EI», a expliqué l'envoyé du président Donald Trump auprès de la coalition en Irak, Brett McGurk. «Tous les membres de notre coalition pensent que ce n'est pas le bon moment pour l'organiser».

Arrivé en Irak de Jordanie, le chef du Pentagone est reparti vers la Turquie et l'Ukraine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer