Qatar: Washington «perplexe» face à la position saoudienne

Le côté qatari d'Abou Samra, poste frontière entre... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le côté qatari d'Abou Samra, poste frontière entre l'Arabie saoudite et le Qatar.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis se sont dits «perplexes» face aux explications apportées par l'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe pour justifier l'isolement imposé au Qatar, et ont appelé les parties à régler rapidement leurs différends.

Signe de l'impatience croissante de Washington face au rôle joué par Riyad dans la crise, une porte-parole de la diplomatie américaine a douté ouvertement de la justification donnée par les alliés du Golfe, qui accusent le Qatar de «soutenir le terrorisme».

«Maintenant que cela fait plus de deux semaines que le blocus a commencé, nous sommes perplexes face au fait que les États du Golfe n'aient pas donné au Qataris ni au public de précisions sur leurs accusations visant le Qatar», a déclaré Heather Nauert.

«Plus le temps passe, plus le doute s'installe à propos des actions entreprises par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis», a-t-elle ajouté, visant directement ces deux proches alliés de Washington.

«À ce stade, nous faisons face à une question simple: est-ce que ces actions découlaient véritablement de leurs inquiétudes face au soutien présumé du Qatar au terrorisme?», a-t-elle asséné. «Ou est-ce qu'elles découlaient des griefs anciens entre les pays du GCC», le Conseil de coopération du Golfe, a ajouté la porte-parole.

Ces déclarations surviennent après deux jours passés par le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, au téléphone avec de hauts responsables du Golfe.

Rex Tillerson... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Rex Tillerson

REUTERS

Chargé par le président Trump de trouver une issue à cette crise, ce dernier a passé au moins 20 appels à Riyad et Doha, selon la porte-parole. Le Qatar abrite la base militaire américaine stratégique d'Al-Udeid, qui héberge près de 10 000 soldats américains et joue un rôle primordial dans les opérations contre le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu début juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de «soutenir le terrorisme» et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien. Parmi eux, les pays du Golfe ont fermé leurs frontières terrestres et maritimes avec le richissime émirat gazier et lui ont imposé de sévères restrictions aériennes.

«Nous encourageons toutes les parties à calmer les tensions et à s'engager dans un dialogue constructif», a souligné Heather Nauert. «Nous appelons à nouveau toutes les parties à se concentrer sur l'objectif central régional, et international, de lutte contre le terrorisme».

Des responsables américains ont démenti que ces déclarations signalaient un changement de position de Washington, mais elles tranchent toutefois nettement avec les déclarations de Donald Trump, qui avait semblé au départ prendre position au côté de l'Arabie saoudite face au Qatar.

Le président américain avait ainsi accusé Doha le 10 juin d'avoir, au cours de l'histoire, «financé le terrorisme à un très haut niveau», faisant écho aux accusations de Ryad.

Mais le département d'État a envoyé des signaux plus nuancés depuis le début de la crise, appelant le Qatar à «répondre aux inquiétudes de ses voisins» tout en demandant à l'ensemble des pays de la région de renforcer la lutte contre le jihadisme et d'assécher le financement des groupes extrémistes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer