Nouvelle attaque des talibans contre une base afghane: 15 soldats tués

Au moins 15 soldats afghans ont été tués dans une attaque des talibans contre... (Photo Javed Tanveer, archives AFP)

Agrandir

Photo Javed Tanveer, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kandahar, Afghanistan

Au moins 15 soldats afghans ont été tués dans une attaque des talibans contre une base militaire dans la province de Kandahar, la deuxième de ce type cette semaine, a indiqué vendredi le ministère de la Défense.

«Les talibans ont lancé un assaut coordonné contre une base militaire la nuit dernière dans le district de Shah Wali Kot, dans la province de Kandahar» dans le sud de l'Afghanistan, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Défense Dawlat Waziri, précisant que l'attaque a «duré plusieurs heures».

Un responsable provincial a fait de son côté état d'un bilan de 20 morts.

«Il y a tellement de morts, malheureusement. Nous avons 20 personnes tuées, toutes appartenant à l'armée, et 16 blessés. Quatre soldats sont également portés manquants après cette attaque. Et les talibans ont saisi quatre véhicules Humwee», a précisé ce responsable sous couvert d'anonymat.

Un porte-parole des talibans, Qari Yousuf Ahmadi, responsable du sud de l'Afghanistan, a revendiqué cette opération dans un communiqué.

«Nos combattants ont renversé trois barrages et tué 35 soldats marionnettes. Huit autres ont été kidnappés et de nombreuses armes et munitions saisies».

Les insurgés islamistes avaient promis, en lançant leur offensive de printemps fin avril, de viser en priorité les armées occidentales, considérées comme des envahisseurs, ainsi que «leurs mercenaires locaux», désignant par là les soldats et policiers afghans.

En début de semaine, au moins dix soldats afghans, selon un bilan officiel, avaient été tués dans l'attaque de leur base militaire dans la même province de Kandahar. L'opération menée par plus de 200 assaillants avait été revendiquée par les talibans, qui semblent se renforcer plus de 15 ans après avoir été chassés du pouvoir par les Américains.

Lors d'un rassemblement public, jeudi, le chef de la police de Kandahar, le général Abdul Raziq, controversé pour ses méthodes souvent radicales, s'en est pris au gouvernement à Kaboul, qu'il a accusé de vouloir «déstabiliser» Kandahar.

«Quand une attaque se produit à Kandahar, le gouvernement central n'aide pas» avait-il lancé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer