Création d'un centre contre le financement du terrorisme

Le nouveau centre contre le financement du terrorisme... (Photo MANDEL NGAN, AFP)

Agrandir

Le nouveau centre contre le financement du terrorisme réunira au total six pays du Golfe (Koweït, Qatar, Bahrein, Oman, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis) et sera coordonné par Washington et Ryad.

Photo MANDEL NGAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis et l'Arabie Saoudite ont annoncé dimanche la création d'une structure régionale de lutte contre le financement du terrorisme, en marge de la visite du président Donald Trump à Ryad.

Sous l'égide de Washington et Ryad, ce Centre contre le financement du terrorisme (Terrorist Financing Targeting Center, TFTC) réunira au total six pays du Golfe (Koweït, Qatar, Bahrein, Oman, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis) et aura pour principale vocation de partager des informations sur les réseaux de financement des groupes comme le groupe armé État islamique (EI) ou Al-Qaïda, a détaillé le Trésor américain dans un communiqué.

Sont également ciblées les «menaces» émanant, selon Washington, de l'Iran et du régime syrien, détaille le communiqué.

Cette nouvelle structure pourra également coordonner des mesures de représailles communes contre ces mouvements, assure ce communiqué.

Le TFTC «améliorera des outils existants et la coopération avec nos partenaires dans le Golfe afin de s'attaquer efficacement aux nouvelles menaces», a affirmé le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, cité dans le communiqué, assurant que son ministère partagera son expertise sur le sujet.

Aux États-Unis, le département du Trésor est en charge de la lutte économique contre les groupes terroristes et a ainsi imposé un arsenal de sanctions contre des réseaux soupçonnés d'aider l'EI mais également les talibans ou le Hezbollah.

Lors de son déplacement en Arabie Saoudite, le président américain Donald Trump a exhorté les dirigeants musulmans à s'attaquer avec détermination à ce qu'il appelé «la crise de l'extrémisme islamique».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer