L'Iran «fer de lance du terrorisme mondial», dit le roi saoudien

Le roi Salmane d'Arabie saoudite, au centre.... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

Le roi Salmane d'Arabie saoudite, au centre.

Photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Riyad

Le roi Salmane d'Arabie saoudite s'est livré dimanche, à l'ouverture d'un sommet entre pays musulmans et États-Unis, à une attaque sans précédent contre l'Iran chiite qu'il a qualifié de «fer de lance du terrorisme mondial».

Il s'est dit en même temps déterminé à «éliminer le groupe (jihadiste sunnite) État islamique et toutes les organisations terroristes, quelle que soit leur religion, leur confession ou leur idéologie».

«Le régime iranien est le fer de lance du terrorisme depuis l'avènement de la révolution de (l'ayatollah Rouhollah) Khomeiny», a déclaré le roi d'Arabie saoudite, chef de file des monarchies arabes sunnites du Golfe.

Il s'exprimait devant le président américain Donald Trump et les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d'État ou de gouvernement.

«Le régime iranien soutient les groupes et les mouvements terroristes comme le (mouvement chiite libanais) Hezbollah, les Houthis (rebelles yéménites), ainsi que (les groupes jihadistes sunnites) Daech (EI) et Al-Qaïda et d'autres», a-t-il accusé.

À propos de la lutte contre les groupes extrémistes, le roi Salmane a déclaré: «Nous sommes unis pour lutter contre les forces du mal et de l'extrémisme (...), agir contre le terrorisme sous toutes ses formes et assécher ses sources de financement».

Il a souligné que les 55 États musulmans participant au sommet de Riyad et «représentant 1,5 milliard de personnes sont un partenaire important dans la lutte contre les forces de l'extrémisme et du terrorisme».

La parole a été ensuite donnée à certains chefs d'État, qui ont tour à tour souligné l'engagement de leurs pays dans la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme.

Cette lutte doit se faire selon «une approche globale», y compris économique, a indiqué le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui s'en est pris par ailleurs aux «parrains du terrorisme».

«Le terroriste n'est pas seulement celui qui porte les armes, mais également celui qui le finance et lui offre une couverture politique», a-t-il ajouté.

Lui succédant, le président indonésien Joko Widodo a souligné que «les musulmans sont les premières victimes de l'extrémisme» et qu'ils devraient à ce titre «s'unir pour éradiquer» ce fléau.

L'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, a prôné «la coopération et la coordination avec les États-Unis pour élaborer une feuille de route de lutte contre le terrorisme».

Cette lutte devrait être aussi «idéologique» et non seulement militaire, a estimé pour sa part le premier ministre malaisien Najib Razak.

Le royaume sunnite d'Arabie saoudite sunnite est le grand rival de l'Iran chiite dans la région.

Les groupes EI et Al-Qaïda sont des groupes extrémistes sunnites.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer