L'armée américaine enquête sur des civils tués à Mossoul

L'Observatoire syrien des droits de l'homme assure que... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

L'Observatoire syrien des droits de l'homme assure que 33 personnes ont été tuées dans le bombardement de Mansoura et 49 à Al-Jineh, où les militaires américains disent avoir ciblé une réunion de responsables d'Al-Qaïda.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Washington

Le Pentagone étudie plus de 700 vidéos des frappes aériennes de la coalition dans l'ouest de Mossoul, en Irak, pour faire la lumière sur les informations faisant état d'un grand nombre de civils tués dans ces bombardements.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Face aux préoccupations grandissantes sur un bond des victimes civiles dans les combats en Irak et en Syrie, le colonel J.T. Thomas, un porte-parole du commandement militaire américain, a déclaré que l'armée américaine accordait une haute priorité cette enquête.

Selon le gouverneur de la région, Nawfal Hammadi, «plus de 130 civils» ont été tués lors des frappes aériennes qui se sont étalées sur plusieurs jours, dans le quartier al-Jadida, notamment lors d'un bombardement particulièrement meurtrier le 17 mars.

Des enquêteurs américains examinent également celui qui aurait touché une école à Mansoura, près de Raqa, en Syrie, le 21 mars, et celui d'un bâtiment adjacent à une mosquée le 16 mars à Al-Jineh, dans la province syrienne d'Alep.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) assure que 33 personnes ont été tuées dans le bombardement de Mansoura et 49 à Al-Jineh, où les militaires américains disent avoir ciblé une réunion de responsables d'Al-Qaïda.

Le colonel J.T. Thomas a indiqué que l'enquête est «la priorité du moment» pour le commandement central américain.

«L'une des choses que nous examinons est si certains de ces chiffres sont cumulés à partir de différents incidents, différentes opérations, dans cette bataille très disputée, très féroce qui se joue à Mossoul», contre le groupe État islamique (EI), a-t-il expliqué aux journalistes lors d'une téléconférence au Pentagone.

Les enquêteurs étudient plus de 700 vidéos prises pendant les frappes aériennes sur cette zone de Mossoul sur une période de dix jours autour du 17 mars, a-t-il précisé, notant que les bombes utilisées par la coalition sont «assez précises».

«Nous n'avons pas encore tiré de conclusions spécifiques», a-t-il ajouté.

Le porte-parole a également refusé de commenter un éventuel assouplissement par la nouvelle administration du président Donald Trump des règles encadrant les bombardements contre des groupes djihadistes en Syrie et en Irak, et qui pourrait expliquer les lourdes pertes civiles selon les médias américains.

Les combats se déroulent dans «une zone densément peuplée» avec des «combats de porte à porte, de rue à rue, avec en plus des bombardements», a-t-il expliqué.

«Il y a encore des milliers de civils dans l'ouest de Mossoul. C'est l'une de nos grandes préoccupations.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer