Une agence de l'ONU suspend un directeur d'école de Gaza

L'Office de secours et de travaux des Nations... (PHOTO AFP)

Agrandir

L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) est un programme qui a été élaboré à la fin des années 1940.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jérusalem

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a suspendu le directeur palestinien d'une de ses écoles à Gaza accusé d'être un membre actif du mouvement islamiste Hamas.

L'UNRWA a précisé avoir pris cette décision avant un appel public des autorités israéliennes lui demandant de licencier ce directeur d'une école primaire.

«Avant le message (des autorités israéliennes), nous avons reçu des informations substantielles de plusieurs sources qui nous ont conduit à suspendre Soheil al-Hindi en attendant le résultat de notre enquête» interne, a précisé la porte-parole de l'agence, Chris Gunness.

Le Hamas est considéré par Israël comme une «organisation terroriste» et les deux ennemis se sont fait la guerre trois fois depuis que le groupe palestinien a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007.

Selon le Cogat, l'organe du ministère de la Défense coordonnant les activités israéliennes dans les Territoires palestiniens, Soheil al-Hindi, a été nommé à la direction du Hamas lors d'une élection interne le 13 février.

«Lors des élections au bureau politique, Hindi a été désigné comme le haut responsable pour la région de Jabaliya», dans le nord de l'enclave palestinienne, a indiqué le Cogat dans un communiqué.

«Il dirige également l'Association des travailleurs palestiniens au sein de l'UNRWA depuis 2012 ainsi qu'une école primaire à Gaza», gérée par l'Agence, selon la même source. «En raison de la gravité de la situation, le chef du COGAT, le général Yoav Mordechai, a appelé l'UNRWA à licencier Hindi immédiatement».

Le ministère israélien des Affaires étrangères a lancé ces mêmes accusations jeudi sur son compte Twitter.

L'UNRWA avait démenti ces allégations dans un premier temps, affirmant ne disposer d'aucune preuve les confirmant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer