Iran: Khamenei qualifie Israël de «tumeur cancéreuse»

Ali Khamenei... (PHOTO CAREN FIROUZ, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Ali Khamenei

PHOTO CAREN FIROUZ, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Téhéran

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a qualifié mardi Israël de «tumeur cancéreuse» en prônant «la libération totale de la Palestine», lors d'une conférence internationale de soutien aux Palestiniens organisée à Téhéran.

«Cette tumeur cancéreuse a progressé par étapes et son traitement doit aussi se faire par étapes», a déclaré l'ayatollah Khamenei. «Plusieurs intifadas (soulèvements palestiniens) et (actes de) résistance ont permis d'atteindre des objectifs d'étape très importants et continuent (...) jusqu'à la libération totale de la Palestine,» a-t-il ajouté.

Ce discours, retransmis en direct par la télévision d'Etat Irib, intervient alors que le nouveau président américain Donald Trump a opté pour une position dure à l'égard de Téhéran notamment en soutien à Israël.

En visite à Washington, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a vanté la semaine dernière une «occasion sans précédent, car nombre de pays arabes ne considèrent plus Israël comme un ennemi, mais comme un allié face à l'Iran et à Daech (groupe État islamique, NDLR), les forces jumelles de l'islam qui nous menacent tous».

L'Iran soutient les groupes islamistes palestiniens et le Hezbollah libanais, qualifiés par les responsables iraniens comme faisant partie du mouvement de la «résistance» face à Israël.

L'ancien président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013) avait affirmé à plusieurs reprises qu'Israël était une «tumeur cancéreuse» et qu'il allait disparaître de la carte du Proche-Orient.

M. Khamenei a estimé dans son discours que «la résistance» à Israël avait permis la «libération» du sud du Liban en 2000 et de Gaza en 2005, après le retrait unilatéral d'Israël.

«La libération du sud du Liban et de Gaza constitue une étape importante sur le chemin de la libération de la Palestine et a permis de renverser le processus d'expansion géographique du régime sioniste», a déclaré M. Khamenei.

Sans cela, «le régime sioniste se serait emparé de territoires en Égypte, en Jordanie, jusqu'en Irak et au Golfe persique», a-t-il ajouté.

Le président iranien modéré Hassan Rohani, le président conservateur du Parlement Ali Larijani et des représentants de 80 pays, dont plusieurs chefs de parlements étrangers, notamment du Liban, de la Syrie, d'Algérie, du Mali et de la Corée du Nord, ainsi que le chef du Djihad islamique palestinien, participent à la conférence de Téhéran.

M. Rohani doit y prononcer mercredi le discours de clôture.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer