Droits de l'homme: Londres met fin à des centaines d'enquêtes sur l'Irak

Le Royaume-Uni avait déjà annoncé en octobre son... (PHOTO Nabil Aljurani, ARCHIVES AP)

Agrandir

Le Royaume-Uni avait déjà annoncé en octobre son intention de déroger à la Convention européenne des droits de l'Homme en période de guerre, pour éviter des poursuites «abusives» contre ses soldats, une décision qui avait été qualifiée de rétrograde par les organisations des droits de l'Homme.

PHOTO Nabil Aljurani, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le gouvernement britannique a décidé de supprimer l'organe chargé d'enquêter sur les accusations de violations des droits de l'homme par des soldats britanniques en Irak, a annoncé vendredi le ministère de la Défense britannique, laissant des centaines d'affaires irrésolues.

Créé en 2010 par l'ancien gouvernement travailliste, l'Iraq Historic Allegations Team (IHAT) enquête actuellement sur 675 affaires, dont des allégations d'homicides. Seuls 20 dossiers seront transmis à la Royal Navy Police, la police de la Marine britannique.

«Ce constituera un soulagement pour nos soldats, qui ont vu des soupçons peser sur eux pendant trop longtemps», a déclaré le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon.

Une commission parlementaire avait affirmé plus tôt vendredi que des vétérans de la guerre d'Irak avaient été «intimidés» et certains même espionnés par les enquêteurs de l'IHAT, qui ont résolu plusieurs centaines d'affaires.

Amnistie internationale a aussitôt fustigé cette décision, estimant que les violences commises en Irak «ne devaient pas être mises sous le tapis».

Elle a également critiqué le transfert de 20 dossiers à la police de la Marine britannique.

«La réputation de l'armée britannique est en jeu : toute allégation crédible concernant des violations des droits de l'homme commises par les forces britanniques en Irak et en Afghanistan doivent faire l'objet d'enquêtes indépendantes, menées par un organe indépendant de l'armée», déplore l'ONG dans un communiqué.

Amnistie souligne que «les forces britanniques ont commis des choses horribles dans leurs prisons», citant le cas emblématique de Baha Moussa, réceptionniste d'hôtel décédé en 2003 à Bassorah (sud de l'Irak) après avoir subi «une série épouvantable de violences gratuites» par des membres du Premier Bataillon du Queen's Lancashire Regiment (1QLR), selon une enquête publique britannique publiée en 2011.

Le Royaume-Uni avait déjà annoncé en octobre son intention de déroger à la Convention européenne des droits de l'Homme en période de guerre, pour éviter des poursuites «abusives» contre ses soldats, une décision qui avait été qualifiée de rétrograde par les organisations des droits de l'Homme.

Environ 120 000 soldats britanniques ont servi en Irak pendant le conflit. Les dernières troupes de combat ont quitté l'Irak en 2009, mais Londres y a maintenu jusqu'en 2011 un petit nombre de militaires chargés d'entraîner les forces irakiennes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer