Mur de Trump: Nétanyahou tente de calmer le jeu avec Mexico

Une partie de la clôture sur la frontière... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Une partie de la clôture sur la frontière séparant l'Égypte d'Israël.

ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jérusalem

Israël a tenté mardi de dissiper les tensions avec Mexico, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou déclarant que la crise provoquée par son tweet favorable au mur que Donald Trump veut construire avec le Mexique relevait d'un «malentendu».

M. Nétanyahou avait réagi samedi sur Twitter à la décision du nouveau président américain de construire un mur à la frontière avec le Mexique, en rappelant qu'Israël avait lui-même construit une barrière avec l'Égypte et en assurant qu'elle avait été un succès contre l'immigration illégale. «Grand succès. Idée formidable», avait-il écrit.

Cette déclaration a provoqué la colère du Mexique, qui a convoqué l'ambassadeur d'Israël à Mexico pour des explications. Le ministre mexicain des Affaires étrangères Luis Videgaray avait appelé Israël à présenter ses excuses.

Après avoir violemment accusé lundi les médias israéliens d'avoir déformé ses propos pour lui nuire, M. Nétanyahou s'est employé mardi à arrondir les angles avec le Mexique.

«J'ai souligné le succès remarquable du mur de sécurité (avec l'Égypte) d'Israël. Mais je n'ai pas fait de commentaire sur les relations entre les États-Unis et le Mexique», a déclaré M. Nétanyahou mardi dans un communiqué de ses services.

«Nous avons, et continuerons à avoir, de bonnes relations avec Mexico. Et je suis persuadé que nos liens sont plus forts que tout désaccord temporaire ou malentendu», a-t-il ajouté, soulignant qu'il avait une relation «très amicale» avec le président mexicain Enrique Pena Nieto.

M. Nétanyahou avait déjà assuré lundi n'avoir fait que répondre à M. Trump qui, pour justifier son projet de mur dans un entretien avec la chaîne Fox News, avait cité en exemple la barrière israélienne.

Le président israélien Reuven Rivlin s'est de son côté entretenu par téléphone mardi avec Enrique Peña Nieto pour tenter lui aussi d'apaiser les esprits.

«Je suis sûr que personne n'avait l'intention de comparer la situation dans laquelle se trouve Israël et le Mexique», a souligné le président selon un communiqué de son bureau.

«Les liens entre nous sont à ce point intenses et importants que nous devons laisser derrière nous de tels malentendus», a ajouté le président, en soulignant qu'il était «désolé pour tous les dommages provoqués par ce malentendu», dans une allusion au Premier ministre.

Selon un communiqué du ministère mexicain des Affaires étrangères, M. Rivlin s'est excusé auprès de M. Peña Nieto, qui aurait fait savoir au président israélien que le «tweet avait déconcerté le Mexique et la communauté juive mexicaine, et abîmé la relation entre les deux pays».

À la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l'histoire d'Israël, M. Nétanyahou avait fustigé les «médias gauchistes», les accusant d'avoir alimenté la crise avec le Mexique.

Interrogé sur la demande mexicaine d'excuses, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon a déclaré mardi qu'il n'avait «pas de réponse pour le moment».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer