L'Iran met en garde Washington contre de «nouvelles tensions»

«Nous espérons que la question du programme défensif... (AFP)

Agrandir

«Nous espérons que la question du programme défensif de l'Iran (...) ne sera pas utilisée comme un prétexte» par la nouvelle administration américaine pour «provoquer de nouvelles tensions», a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (droite) lors d'une conférence de presse avec son homologue français Jean-Marc Ayrault (gauche).

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Téhéran

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a mis en garde mardi les États-Unis en leur demandant de ne pas chercher de «prétexte» pour créer de «nouvelles tensions» à propos du programme de missiles balistiques de l'Iran.

«Nous espérons que la question du programme défensif de l'Iran (...) ne sera pas utilisée comme un prétexte» par la nouvelle administration américaine pour «provoquer de nouvelles tensions», a déclaré M. Zarif lors d'une conférence de presse avec son homologue français Jean-Marc Ayrault.

M. Zarif n'a ni confirmé ni infirmé qu'un tir de missile aurait été effectué lundi par l'Iran comme l'a affirmé Washington, qui a demandé la tenue mardi après-midi en urgence d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les relations entre Téhéran et Washington se sont tendues ces derniers jours avec la décision prise par le nouveau président Donald Trump d'interdire pour trois mois l'entrée aux États-Unis des Iraniens et des ressortissants de six autres pays.

Au cours de la conférence de presse, M. Ayrault a déclaré que la France avait fait part à plusieurs reprises de son inquiétude quant à «la poursuite des essais balistiques» par l'Iran. Ceux-ci «entravent le processus de restauration de la confiance mis en place par l'accord (nucléaire) de Vienne», a-t-il ajouté.

M. Zarif a insisté sur le fait que le programme balistique de l'Iran n'était pas «concerné» par l'accord nucléaire ni par la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui l'a entériné. Les missiles iraniens «ne sont pas conçus pour porter des têtes nucléaires», a-t-il ajouté.

M. Ayrault a pour sa part rappelé que la France était «attachée à l'accord de Vienne» sur le programme nucléaire iranien et qu'elle souhaitait son «respect scrupuleux par tous les signataires».

Le 16 janvier 2016, une grande partie des sanctions internationales frappant l'Iran avaient été levées en échange de la limitation de son programme nucléaire, conformément à l'accord signé six mois plus tôt par Téhéran d'une part, et six grands pays (États-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et Allemagne).

Les intentions de M. Trump, qui avait promis pendant la campagne de «déchirer» cet accord, qu'il a qualifié de «stupide», suscitent cependant nombre d'interrogations. Lors d'un entretien téléphonique lundi, M. Trump et le roi Salmane d'Arabie saoudite se sont déclarés pour une «application rigoureuse» de l'accord de Vienne, sans plus de détails.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer