Liban: le trafic aérien menacé par des oiseaux survolant des ordures

Les militants de l'environnement mettent en garde contre... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Les militants de l'environnement mettent en garde contre le fait que le dépotoir attirait de plus en plus de rongeurs et surtout des oiseaux comme les mouettes qui présentent un risque pour les avions au décollage et à l'atterrissage.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Beyrouth

L'aviation civile au Liban fait face à un «danger» en raison du grand nombre de mouettes survolant un dépotoir créé il y a un an près de l'aéroport international de Beyrouth, a mis en garde mercredi le ministre du Transport.

«Nous sommes aujourd'hui face à une urgence (...) nous reconnaissons qu'il y a un danger occasionné par les oiseaux et auxquels les avions civils font face», a affirmé Youssef Fenianos, à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre libanais Saad Hariri.

«L'existence du dépotoir de la Costa Brava a contribué à l'augmentation du nombre d'oiseaux», a ajouté le ministre, dont les propos ont été repris dans un communiqué du bureau de M. Hariri.

Le dépotoir de Costa Brava, très proche du tarmac de l'aéroport de Beyrouth, est l'un des trois dépotoirs «temporaires» créés en mars 2016 par le précédent gouvernement libanais pour tenter de mettre fin à la pire crise de déchets qui a frappé Beyrouth et ses banlieues à l'été 2015.

D'après le plan du gouvernement, ces dépotoirs auraient dû comprendre une installation de traitement de déchets, mais ceci n'a jamais vu le jour.

Conséquence, les déchets se sont accumulés au fil des mois à Costa Brava jusqu'à atteindre une hauteur de neuf mètres et dégagent des odeurs nauséabondes qui parviennent aux voyageurs à l'arrivée.

Les militants de l'environnement mettent en garde depuis des mois contre le fait que le dépotoir attirait de plus en plus de rongeurs et surtout des oiseaux comme les mouettes qui présentent un risque pour les avions au décollage et à l'atterrissage.

Le syndicat des pilotes libanais avait mis en garde en août contre la possibilité que des oiseaux entrent en contact avec les moteurs des avions.

«Grâce à Dieu, jusqu'à présent, les vols n'ont encouru aucun danger véritable», a indiqué M. Fenianos, qui est également ministre des Travaux publics.

Il a précisé que des équipements diffusant des sons de rapaces pour effrayer les mouettes ont été installés dans le dépotoir et dans l'aéroport, ajoutant que le gouvernement allait augmenter leur nombre.

«Qu'attendez-vous pour fermer le Costa Brava...qu'un avion tombe ou qu'il y ait une décision internationale pour fermer l'aéroport?» s'est toutefois insurgé le collectif citoyen «Vous puez», qui a été à l'origine de manifestations inédites contre le pouvoir en raison de la crise de déchets à l'été 2015.

«La solution n'est pas d'éloigner les oiseaux» mais de fermer le dépotoir, ont souligné les militants.

La crise des déchets, à laquelle aucune solution permanente n'a été trouvée, est l'un des nombreux défis à relever par le nouveau gouvernment libanais formé le 18 décembre dans un pays qui a connu une paralysie politique pendant deux ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer